•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération des francophones de Saskatoon forcée de reporter son assemblée

Quelques membres réunis lors de la rencontre du 12 septembre.

Dustin McNichol n’a jamais vu une telle situation.

Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Omayra Issa

La Fédération des francophones de Saskatoon (FFS) a dû reporter sa 39e assemblée générale annuelle en raison d’une absence de quorum.

L’organisme a besoin de 20 membres individuels ou groupes membres afin de tenir son assemblée générale annuelle.

Toutefois, seulement 15 membres étaient présents à la rencontre de jeudi.

On est un peu déçu. On avait beaucoup de décisions importantes à prendre et on avait beaucoup de choses à célébrer.

Dustin McNichol, président de la Fédération des francophones de Saskatoon

Le conseil d’administration devait se pencher sur plusieurs dossiers, notamment le rapport annuel de l’organisme, le budget de l’année 2019-2020, ainsi qu’une planification stratégique 2020-2025.

L’assemblée générale, qui devait avoir lieu le 12 septembre, se tiendra finalement le mois prochain. La date exacte sera communiquée aux membres.

Qu’adviendra-t-il du Relais?

Faute de pouvoir prendre des décisions, les membres présents ont discuté du défi de la rentabilité de l’espace communautaire le Relais, à Saskatoon, que possède et gère le FFS. On n’arrive pas à louer le Relais comme on voudrait. C’est sans doute notre plus grand défi , précise Dustin McNichol.

Il ajoute qu’il est important de consulter la communauté fransaskoise de la ville à ce sujet.

[Nous devons ] demander à la communauté comment garder le caractère fondamental de ce local, mais aussi augmenter nos revenus et rendre le Relais plus rentable.

Dustin McNichol, président de la Fédération des francophones de Saskatoon

Cet emplacement est sous-utilisé à certains moments de la semaine, selon le président de la FFS.

Le rêve était de développer un espace de vie en français avec le Relais. L’idée, c’était vraiment d’être fier de notre local, rappelle la Fransaskoise Anne Leis.

Les discussions de poursuivront lors de la rencontre de l'assemblée générale. Dustin McNichol se dit optimiste pour l’avenir du Relais.

Saskatchewan

Société