•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après les tornades, 5 familles sont encore à l'hôtel

De nombreux débris sur la rue après le passage d'une tornade.

Les dégâts étaient importants en Outaouais dans la foulée du passage de la tornade. (archives)

Photo : Facebook/Philippe L. Denault

Radio-Canada

Un an après le passage des tornades, 5 familles sont encore hébergées dans des hôtels, selon un bilan de la Croix-Rouge dressé vendredi.

Encore 5 familles qui n'ont pas pu trouver d'autres options de relogement, a annoncé Pascal Mathieu, vice-président, Croix-Rouge canadienne — Québec.

Le manque de logements abordables en Outaouais pour reloger ces familles reste le nœud du problème.

Le quartier Mont-Bleu accueille une population qui parfois fait face à certaines difficultés et ils [les résidents] bénéficiaient dans le quartier Mont-Bleu de logements très très abordables, a expliqué M. Mathieu.

Dans le contexte actuel, de tels logements très abordables n'existent [pratiquement] plus dans la région, a-t-il ajouté.

En date du 23 août 2019, la Ville a délivré 18 certificats de démolition pour un total de 140 logements ainsi que 44 permis de rénovation pour un total de 959 logements, selon les chiffres de la Ville de Gatineau fournis par courriel à Radio-Canada.

  • 34 permis de rénovation ont été délivrés dans le secteur de Mont-Bleu représentant un total de 876 logements partagés dans 42 bâtiments. Ces logements incluent les cinq bâtiments Radisson qui totalisent 623 logements
  • 10 permis de rénovation représentant 83 logements dans 11 bâtiments ont également été délivrés ailleurs sur le territoire dans le secteur de Gatineau, de Hull et d’Aylmer
  • 8 permis de construire ont été délivrés pour la construction de 8 nouveaux bâtiments totalisant 63 logements
Le vice-président de la Croix-Rouge canadienne — Québec en conférence de presse.

Pascal Mathieu, vice-président, Croix-Rouge canadienne — Québec a dressé un bilan de l'organisme, un an après les tornades.

Photo : Radio-Canada

Le soutien de la Croix-Rouge en chiffres :

  • 5 885 000 $ amassés (3 M$ du gouvernement du Québec)
  • 4 035 M$ dépensés et engagés
  • 223 bénévoles mobilisés pour plus de 7 000 heures de bénévolat
  • 67 familles bénéficiaires de l’aide au relogement visant à combler l’écart de loyer entre l’ancien et le nouveau logement
  • 5 familles n’ayant pu trouver d’autre solution de logement sont hébergées en service hôtelier
  • 1 bureau de rétablissement toujours ouvert à Gatineau

2000 personnes touchées

Le vendredi 21 septembre 2018, trois tornades ont frappé la grande région d'Ottawa et de Gatineau. Deux rafales descendantes et une microrafale ont aussi été recensées.

Les tornades ont occasionné plus de 295 millions $ en dommages assurés aux maisons, entreprises et véhicules, a indiqué lundi le Bureau d'assurance du Canada (BAC).

Plus de 2000 personnes avaient été touchées par la tornade en Outaouais, selon les chiffres de la Croix-Rouge. L'organisme humanitaire a hébergé environ 1000 personnes dans les premiers jours.

On ne parle plus d'un grand nombre, mais ceux avec qui on travaille maintenant, sont généralement des gens pour qui ça a été extrêmement difficile pour toute sorte de raison. Alors ce sont des cas de détresse très souvent, a précisé M. Mathieu.

Appel aux sinistrés

La Croix-Rouge a appelé les sinistrés des tornades à la contacter.

Je profite de l'occasion pour inviter les personnes qui subissent encore les impacts de la tornade, qui n'ont pas nécessairement bénéficié de notre aide financière à s'adresser à nous. On parle de rejoindre des gens dont le logement a été endommagé, parfois de façon modérée, pour leur offrir un soutien financier, a indiqué M. Mathieu.

Vincent Heine, le directeur général de la Manne de l'île, en entrevue à Radio-Canada.

Vincent Heine est le directeur général de la Manne de l'île et partenaire du projet Pop ta soupe. Ces organismes viennent notamment en aide aux sinistrés des tornades.

Photo : Radio-Canada

Les organismes, comme la Manne de l'île — la plus grosse banque alimentaire du territoire de l'Outaouais —, ont dû accroître leur aide auprès des sinistrés à la suite de tornades.

À la suite de ces événements-là, on a eu l'aide de Centraide pour nous permettre d'ouvrir le point de service du 157, boulevard Saint-Joseph, pour pouvoir offrir des dépannages alimentaires et un service de repas, a expliqué Vincent Heine, directeur général de la Manne de l'île et partenaire du projet Pop ta soupe.

Un système de frigo anti-gaspillage, mis sur pied avec le Regroupement des Cuisines collectives, permet aussi aux sinistrés d'avoir des repas pour des montants plus faibles.

Ce sont des gens qui ont malheureusement dû se relocaliser dans des logements plus chers, donc moins d'argent pour l'épicerie, fait remarquer M. Heine.

Enfin, l'organisme a aussi ouvert une salle communautaire au deuxième étage pour intervenir auprès des sinistrés et les aider dans leurs démarches.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles