•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada n'est pas encore prêt à restreindre le vapotage aromatisé

Radio-Canada

Alors que les États-Unis envisagent de bannir les cigarettes électroniques aromatisées, très populaires chez les adolescents, les chefs de partis canadiens attendent des résultats scientifiques clairs avant de se prononcer sur un encadrement plus strict de ces dispositifs.

Jeudi, les chefs libéral, conservateur et néo-démocrate des partis fédéraux ont déclaré vouloir faire ce qu’il y a de mieux pour la santé des Canadiens, mais n'ont pas affirmé fermement s’ils interdiraient ou non les arômes de vapotage.

Notre décision sera prise à partir de données et de preuves, a répondu le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau.

Il a ajouté que Santé Canada examinait la question depuis des mois et qu’il attendait d’autres résultats scientifiques avant de se prononcer.

Si nous avons des données scientifiques qui nous prouvent où est le problème, alors nous pourrons y répondre. Pour le moment, elles ne sont pas claires, a également soutenu le chef du Nouveau Parti démocratique du Canada, Jagmeet Singh.

Je n’ai pas vu spécifiquement la nouvelle loi du gouvernement américain, mais nous nous pencherons là-dessus, a déclaré de son côté le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer.

Le président américain, Donald Trump, a annoncé, mercredi, que les cigarettes électroniques aromatisées seront bientôt interdites à la vente pour contrecarrer leur succès croissant chez les jeunes Américains.

Selon un sondage réalisé par la Food and Drug Administration américaine en 2013-2014, 81 % des utilisateurs de cigarettes électroniques âgés de 12 à 17 ans affirment que les arômes sont la raison principale qui les a poussés à commencer à les utiliser.

Josh Halpern, un Winnipégois de 33 ans ayant commencé à vapoter il y a plusieurs années, n’est pas surpris de ces résultats. Selon lui, les arômes de ces dispositifs sont très attrayants. Son parfum préféré était le citron.

Elles sont vraiment bonnes, elles n'ont pas un goût de cigarette.

Josh Halpern, utilisateur de cigarettes électroniques aromatisées

Si elles n’avaient pas aussi bon goût, je suis persuadé que les adolescents n’en voudraient pas en premier lieu, ajoute-t-il.

Avec les informations de CBC News et de La Presse canadienne

Manitoba

Santé publique