•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orléans : où sont les pancartes libérales?

Les affiches électorales du candidat conservateur David Bertschi sont déjà bien présentes dans la circonscription d'Orléans.

Le candidat du Parti conservateur dans Orléans David Bertschi a déjà installé plusieurs affiches électorales.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Angie Bonenfant

De nombreuses affiches électorales ont déjà fait leur apparition dans la circonscription d’Orléans, mais celles du Parti libéral du Canada (PLC), qui n’a toujours pas choisi son candidat, font cruellement défaut.

Le parti doit tenir une investiture pour déterminer qui le représentera dans Orléans lors des prochaines élections, mais aucune date n’a encore été fixée.

Des rumeurs laissent entendre que l’investiture aura lieu vers la fin de la semaine prochaine. Mais des appels répétés auprès du parti n’ont pas permis de confirmer cette information.

Mise à jour

Le lendemain de la publication de cet article, le PLC a annoncé que son assemblée d'investiture dans Orléans aura lieu le jeudi 19 septembre 2019.

Au moins deux candidates sont dans la course à l’investiture et sillonnent la circonscription depuis plusieurs mois afin de se faire élire.

Il s’agit de l’ancienne ministre des Affaires francophones de l’Ontario et actuelle députée provinciale d’Orléans, Marie-France Lalonde, et de Khatera Akbari, comptable agréée et femme d’affaires. Mme Akbari était arrivée deuxième dans la course à l’investiture libérale dans Ottawa-Vanier, en 2017, derrière l’actuelle députée Mona Fortier.

C’est un peu curieux! Ça fait quand même assez longtemps que l’on sait qu’Andrew Leslie n’allait pas se représenter aux élections à Orléans.

Stéphanie Chouinard, politologue, Collège militaire royale du Canada et Université Queen’s

Stéphanie Chouinard, professeure adjointe au département de sciences politiques au Collège militaire royal du Canada et de l’Université Queen’s, se questionne sur la stratégie libérale dans Orléans.

C’est certain que la personne qui sera choisie pour le Parti libéral va partir avec une longueur d’arrière, parce que les trois grands partis ont déjà nommé quelqu’un, a-t-elle observé.

En campagne électorale, chaque journée compte, a-t-elle rappelé, soulignant au passage que les affiches du candidat conservateur David Bertschi sont déjà bien visibles partout dans la circonscription. Il fait déjà du porte-à-porte, tandis que le Parti libéral n’a personne sur le terrain qui les représente, a-t-elle remarqué.

Le candidat du Parti conservateur dans la circonscription d'Orléas, David Bertschi, est en compagnie de son équipe de campagne électorale.

Le candidat du Parti conservateur, David Bertschi (deuxième personne à partir de la gauche), dit qu'il mène sa campagne dans la circonscription d'Orléans depuis au moins 12 semaines.

Photo : Facebook / David Bertschi

Le Parti libéral manque de respect, juge David Bertschi

Je pense que le Parti libéral fédéral démontre un certain manque de respect envers les résidents d’Orléans, a laissé tomber le principal intéressé lorsque questionné sur l’absence d’opposant libéral. Ils n’ont pas choisi de candidat, même s’ils savaient qu’on allait avoir une élection et qu’ils leur manquaient un candidat depuis plus de quatre mois.

En contrepartie, a-t-il souligné, cela fait 12 semaines qu’il est en sabbatique sans solde, à faire du porte-à-porte, 10 heures par jour, sept jours sur sept. Cela prouve, selon lui, à quel point la circonscription lui tient à coeur.

Notre dossier Élections Canada 2019

M. Bertschi est un ancien membre du Parti libéral qui est surtout connu pour avoir été exclu de la course à l’investiture dans Orléans, en 2014.

Jugeant avoir été disqualifié sans raison, il avait lancé une procédure judiciaire contre le parti et les responsables de la campagne électorale. Les deux partis en sont venus à une entente à l’amiable en juin 2016.

Au début de l’année, M. Bertschi a annoncé son souhait de représenter le Parti conservateur. Il a gagné l’investiture conservatrice au mois de mai. Dans la foulée de son départ, M. Bertschi prétend que plusieurs libéraux déçus ont choisi de le suivre dans le camp conservateur.

Le parti libéral que je connaissais et que j’appuyais, il y a 15 ans, 10 ans, 5 ans, n’existe plus. On a un parti maintenant qui ne croit pas dans la science. Ils ne veulent pas écouter [ce que dit la loi], a dénoncé l’avocat et entrepreneur.

Mais moi, comme personne honnête, comme petit commerçant, comme procureur de la Couronne et procureur des droits de la personne, mes valeurs n’ont pas changé.

Les autres candidats dans Orléans sont Jacqueline Wiens pour le Nouveau Parti démocratique, Michelle Petersen pour le Parti vert et Roger Saint-Fleur du Parti populaire du Canada.

Ottawa-Gatineau

Élections fédérales