•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nucléaire : le Nouveau-Brunswick s’intéresse aux petits réacteurs modulaires

La centrale nucléaire de Point Lepreau, au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick veut produire de l'électricité avec de petits réacteurs nucléaires modulaires, et fabriquer ces réacteurs. La province et l'entreprise ARC Nuclear Canada ont investi 5 millions de dollars chacune dans ce projet.

Énergie Nouveau-Brunswick estime que les réacteurs nucléaires modulaires sont la voie de l'avenir et pourraient remplacer les centrales polluantes dans les Maritimes.

Le PDG debout devant un mur avec la raison sociale de l'entreprise.

Le PDG d'Énergie Nouveau-Brunswick, Gaétan Thomas

Photo : Radio-Canada

Il faut développer la technologie pour qu'elle soit concurrentielle, pour tenir les tarifs aussi bas que possible, dit Gaétan Thomas, le PDG d'Énergie NB, rencontré jeudi à une conférence à Saint-Jean où il était question de ces projets.

Les petits réacteurs modulaires (PRM), qui peuvent être de la taille d’un simple gymnase, seraient pour l'essentiel construits en usine et assemblés là où ils seraient utilisés.

Ils produiraient jusqu'à 300 mégawatts d'électricité, soit un peu moins de la moitié de ce qu'a produit l’an dernier la centrale nucléaire de Point Lepreau.

On estime le marché mondial à 150 milliards de dollars d'ici 2040.

On estime que la construction du premier réacteur pourrait commencer en 2025, pour être terminée en 2030.

Le Nouveau-Brunswick [...] nous a donné de l'argent pour commencer le travail. On est les seuls, la seule province au Canada qui a mis de l'argent sur la table pour avancer notre projet, dit Norman Sawyer, PDG d’ARC Nuclear Canada.

Norman Sawyer le 12 septembre 2019.

Norman Sawyer, PDG d'ARC Nuclear Canada

Photo : Radio-Canada

Selon le ministre de l'Énergie du Nouveau-Brunswick, Mike Holland, la province peut s’enorgueillir de compter sur une technologie nucléaire sécuritaire et fiable. Il affirme que les personnes rencontrées lors d’événements communautaires lui ont parlé en termes élogieux du travail accompli à la centrale Point Lepreau, par exemple, et il croit que les Néo-Brunswickois appuient le développement de l'énergie nucléaire.

Un point de vue que ne partage pas le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick. Les gens du Nouveau-Brunswick souhaitent avoir un avenir avec l'énergie renouvelable, pas l'énergie nucléaire, soutient David Coon. Il estime de plus que le transport des déchets radio-actifs nécessaires au fonctionnement des réacteurs modulaires est très dangereux, et représente un risque trop grand pour la population.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Énergie