•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sculpture pour commémorer l’histoire de Saint-Jean-Baptiste

Antoine Vandal et Raymond Rajotte sont représentés dans cette sculpture qui sera officiellement dévoilée à Saint-jean-Baptiste le 13 septembre.

Photo : Facebook CDEM

Radio-Canada

« C’est un rêve qui se réalise », lâche, soulagée, Raymonde Dupuis, membre du comité du parc du Patrimoine, à Saint-Jean-Baptiste. Après trois années de travail, le club des pionniers dévoilera vendredi une statue de bronze qui représente Antoine Vandal et Raymond Rajotte, membres fondateurs de la communauté.

La cérémonie se tiendra à 14 heures sur le terrain de l’église de Saint-Jean-Baptiste. Le dévoilement de cette oeuvre, réalisée par l’artiste argentine Debora Cardaci, s’inscrit dans le 150e anniversaire de l’arrivée des premiers habitants du village.

Daniel Vandal, député fédéral et arrière-petit-fils d’Antoine Vandal, sera présent au dévoilement.

C’est important de voir célébrer le rôle que les Métis ont joué à Saint-Jean-Baptiste et au Manitoba.

Daniel Vandal, député fédéral et arrière-petit-fils d’Antoine Vandal

Les débuts du projet

À l’origine de ce projet, une simple volonté : redonner des couleurs au village.

Raymonde Depuis explique : Quelqu’un du club des pionniers avait entendu dire que Mona Lavallée [une résidente] avait envie de faire quelque chose pour embellir ce petit coin du village qui est un peu gris et maussade… À partir de là, Mona a formé un comité pour discuter du projet. On a commencé avec des petites idées pour en venir finalement à la mise sur pied d’une grande statue en bronze.

Pour trouver le modèle, les penseurs du projet ont cherché dans le livre Moissonneurs de la Rouge, écrit en 1982, pour le centenaire de Saint-Jean-Baptiste.

Dans ce document historique, une photo a retenu l’attention des habitants: celle d’Antoine Vandal, premier Métis à s’être installé de façon permanente à Saint-Jean-Baptiste, et de Raymond Rajotte, jeune Canadien français dont la famille a elle aussi décidé de rester dans la région.

Cette photo montrait bien l’idée que l’on avait de célébrer les deux peuples fondateurs de notre village, reprend Raymonde Dupuis.

S’imprégner de l’histoire locale

Célébrer, mais aussi enseigner : les membres du comité souhaitent que cette installation permette aux nouveaux arrivants de s’imprégner de l’histoire locale.

Pour les nouveaux arrivants qui ne connaissent pas l’histoire, les panneaux explicatifs qui seront installés auprès de la sculpture permettent de raconter les sacrifices, la ténacité des gens qui se sont établis ici depuis 150 ans, explique Raymonde Dupuis.

Daniel Vandal est très touché par l’initiative. Cette sculpture permet de commémorer bien plus que les deux personnages et leurs familles, dit-il.

Je suis très fier du fait que l’on reconnaisse mon arrière-grand-père, mais aussi les racines métisses, c’est très important pour moi. C’est important de voir célébrer le rôle que les Métis ont joué à Saint-Jean-Baptiste et au Manitoba.

Selon le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), le coût total du projet s’élève à 165 000 $. Il a été financé par des fonds fédéraux, provinciaux, municipaux et des dons de particuliers.

Manitoba

Histoire