•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau préfère tenter de charmer les Albertains plutôt que débattre

Justin Trudeau, tout sourire, sur une tribune devant ses partisans.

À la dissolution du Parlement, 3 des 34 circonscriptions albertaines étaient libérales.

Photo : Radio-Canada

Simon-Pierre Poulin

Pendant que les autres chefs débattaient dans la région de Toronto, Justin Trudeau a préféré visiter la circonscription d'Edmonton Strathcona.

Près de 400 personnes se sont déplacées pour écouter le discours du chef libéral dans la capitale albertaine. Il y a défendu son bilan des dernières années, vantant entre autres sa renégociation du traité de libre-échange avec les Américains.

« Nous avons fait reculer la pauvreté », a-t-il lancé, ajoutant que son gouvernement avait « refusé l'austérité conservatrice ». L'auditoire l'a applaudi quand il a rappelé l'achat du pipeline Trans Mountain et après avoir promis de ne « jamais monter les régions du pays les unes contre les autres ».

Après son bain de foule, il n'a pas répondu aux questions des journalistes.

La circonscription visitée par Justin Trudeau en ce deuxième jour de campagne est une brèche dans la forteresse conservatrice albertaine. Depuis 2008, sans interruption, cette circonscription est représentée à Ottawa par la néo-démocrate Linda Duncan. Celle-ci n'est toutefois pas candidate aux élections de cette année.

Les libéraux espèrent faire un gain en élisant leur candidate Eleanor Olszewski dans cette circonscription, qui comprend le quartier francophone d'Edmonton et l'Université de l'Alberta.

À la dissolution du Parlement, 3 des 34 circonscriptions albertaines étaient libérales.

Notre dossier Élections Canada 2019

Alberta

Élections fédérales