•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Mme May est très enthousiaste à recevoir des souverainistes », dit Pierre Nantel

Le candidat du Parti vert dans Longueuil–Saint-Hubert réitère son allégeance souverainiste.

Pierre Nantel en entrevue devant un parc.

Pierre Nantel avait été élu sous la bannière néo-démocrate lors des dernière élections. Il est désormais le candidat du Parti vert dans la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert.

Photo : Radio-Canada

Joëlle Girard

La chef du Parti vert a eu beau affirmer mercredi que sa nouvelle recrue Pierre Nantel n’était pas souverainiste et qu’une telle allégeance serait incompatible avec une candidature au Parti vert, ce dernier persiste et signe : « Bien sûr que je suis souverainiste, tout le monde le sait, et ç'a toujours été le cas ».

M. Nantel, qui a récemment quitté le Nouveau Parti démocratique (NPD) pour plonger avec les verts dans la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert, a fait cette mise au point en entrevue jeudi avec Radio-Canada.

Le député sortant affirme même que sa chef a toujours été au courant de son allégeance. J’ai hâte que Mme May puisse faire une mise au point dans tout ça, parce que je pense qu’il y a des propos qui sont allés un peu dans tous les sens, a-t-il soutenu.

Le Parti vert accueille à bras ouverts les nationalistes, les souverainistes, les gens de toutes les couleurs, parce que nous, on croit que la prochaine élection fédérale, c’est un peu comme un référendum sur le climat. On veut des gens de toutes allégeances fixes pour une allégeance temporaire au Parti vert.

Pierre Nantel, candidat du Parti vert

Ces propos sont en contradiction directe avec ceux tenus par sa chef la veille, selon lesquels si Pierre Nantel maintenait son appel à l’indépendance du Québec, il ne pourrait plus être candidat pour le Parti vert. Elizabeth May faisait ainsi référence à une entrevue donnée par son candidat mardi à QUB radio et dans laquelle il affirmait : Séparons-nous au plus vite!.

Notre dossier Élections Canada 2019

S’exprimer en tant que citoyen

M. Nantel s’est défendu jeudi en soutenant que ses propos avaient été sortis de leur contexte. La prémisse qui est manquante, quand on me cite, c’est qu’on venait [Benoit Dutrizac et moi] d’avoir une longue conversation sur le fait que les Québécois sont offusqués de voir le Canada anglais se gratter la tête [devant la loi 21]. Moi, je dis : si on est tannés de vivre ce blâme-là, bien séparons-nous.

Pierre Nantel admet tout de même avoir fait une « erreur » en s’exprimant candidement « sur une base citoyenne » tandis qu’il représentait son parti en entrevue. Il soutient cependant n’avoir jamais fait la promotion de la souveraineté à la Chambre des communes et n’a pas l’intention de le faire s’il est élu comme député du Parti vert.

Bien évidemment que Mme May est très enthousiaste à recevoir des souverainistes, a-t-il lancé. Par contre, elle ne souhaite pas que l’on fasse l’apologie de la souveraineté à la Chambre des communes. Je le comprends et je suis d’accord avec elle, je ne l’ai jamais fait.

Les pendules doivent être remises à l’heure, un ajustement doit être fait, a expliqué le candidat.

Attaque en règle du Bloc

Appelé jeudi à réagir sur l’allégeance souverainiste de Pierre Nantel, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui le connaît depuis le début des années 90, à l'époque où tous deux oeuvraient dans l'industrie de la musique, s’est montré incisif. J’aime beaucoup Pierre Nantel, mais je suis obligé d’être mélangé, peut-être moins que lui, là, mais je suis mélangé.

Pierre Nantel a essayé tous les partis sauf le seul parti qui partage les mêmes positions que lui. C’est son choix, mais ça reste un peu étonnant.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

M. Blanchet a précisé qu’aucune discussion n’avait cours afin que M. Nantel se rallie au Bloc si jamais il se trouvait malheureux chez les verts qui sont moins verts que les bleus.

Une sortie que n’a pas semblé apprécier le député sortant de Longueuil–Saint-Hubert : Si Yves-François Blanchet veut faire quelque chose pour la souveraineté du Québec, qu’il aille à la chefferie du Parti québécois, c’est là que ça va se faire, a rétorqué Pierre Nantel.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Politique fédérale

Politique