•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver ne s'attaquera pas à la vente illégale de champignons magiques

Plan serré d'une boîte remplie de terre où poussent des champignons hallucinogènes

La culture, la consommation et la possession de champignons magiques sont illégales au Canada.

Photo : The Associated Press / PETER DEJONG

Radio-Canada

Mercredi soir, 6 des 8 conseillers municipaux de Vancouver ont rejeté une motion visant à dissuader la vente sur le marché noir de champignons hallucinogènes, communément appelés champignons magiques.

La motion aurait imposé au Conseil municipal d'enjoindre au personnel municipal de travailler avec le Service de police de Vancouver et la Régie de la santé Vancouver Coastal afin de s'attaquer à la vente illégale de cette drogue.

La conseillère Melissa De Genova est l'auteure de la motion défaite qui faisait un lien entre la vente illégale de drogue et le blanchiment d’argent en Colombie-Britannique. Une problématique soulignée dans le rapport d'un ex-agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), publié en 2018.

« Je veux être certaine que nous éliminons le blanchiment d’argent », a déclaré Melissa De Genova lors de la discussion précédant le vote mercredi soir.

Elle a ajouté que les comptoirs de vente de cannabis ont payé des dizaines de milliers de dollars pour obtenir des permis de vente. Elle craint également que le fait de fermer les yeux sur la vente de substances illicites ne laisse la porte ouverte à plus de moyens pour blanchir de l’argent.

Les champignons hallucinogènes sont illégaux au Canada. Ils contiennent de la psilocybine et de la psilocine. Lorsqu’une personne prend des champignons magiques, elle voit, entend ou ressent des choses qui ne sont pas vraiment là. Une personne qui consomme des champignons magiques peut également ressentir d’autres effets, comme de l’anxiété, de la peur, des nausées et des spasmes musculaires. Source : Santé Canada

Le sujet a suscité l’intérêt de plusieurs intervenants, qui ont fait la queue pour se prononcer sur la motion avant le vote du conseil municipal.

Mark Haden, professeur à l’École de santé publique de l'UBC, s’est prononcé contre l’adoption de la motion.

L’interdiction des drogues constitue un énorme gaspillage de ressources.

Mark Haden, professeur, École de santé publique, UBC

« L’application de mesures pour réduire le crime dans le secteur de la drogue a toujours échoué », a-t-il soutenu.

D’autres intervenants ont témoigné des avantages de l’utilisation des champignons magiques pour le traitement de l’anxiété et de la dépendance. Santé Canada indique d’ailleurs que la prise de champignons magiques n’entraîne habituellement pas de troubles liés à la consommation.

Santé Canada précise que la psilocybine fait l’objet d’études pour évaluer la possibilité de l’utiliser pour traiter divers troubles comme l’anxiété, la dépression, le trouble obsessionnel compulsif et la consommation problématique de drogues.

Manque de ressources

La motion a soulevé des préoccupations au sujet de la capacité de la Ville de Vancouver à faire respecter les règlements concernant les points de vente de cannabis sans permis. Plusieurs ont mentionné le manque de ressources et de temps du personnel municipal pour faire appliquer les règlements.

Le conseiller Pete Fry a critiqué la motion, la qualifiant d'« hystérie antidrogue ».

Six conseillers ayant voté contre la motion, et deux pour, celle-ci a été défaite.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale