•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête de la Chambre déterminera s’il y a matière à destituer Trump

Plan d'ensemble de la Chambre des représentants.

Les démocrates américains formalisent l'ouverture d'une enquête pour déterminer s'il convient d'entamer une procédure de destitution contre le président Trump.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Agence France-Presse

Les démocrates américains ont franchi un nouveau cap jeudi dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant entrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution, bien que le parti d'opposition reste divisé sur la question.

La puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, aux mains des démocrates, a formalisé l'ouverture d'une enquête destinée à déterminer s'il convient d'entamer une procédure de destitution (impeachment) contre le président.

Cette démarche est encore très préliminaire et éloignée d'une destitution, mais elle permettra aux élus de réclamer à la Maison-Blanche davantage de documents et d'auditions.

Cette résolution représente le pas en avant nécessaire dans notre enquête pour corruption, entrave [à la justice] et abus de pouvoir, a déclaré le président de la commission, Jerry Nadler.

Aux États-Unis, la Chambre peut voter pour mettre en accusation le président relativement à certains délits, puis le Sénat doit le juger, ce qui aboutit à un acquittement ou à une destitution. Tout commence par une enquête de la commission judiciaire, qui détermine les délits.

L'enquête parlementaire portera sur quatre sujets :

  • les pressions exercées par Donald Trump sur l'enquête portant sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016 (entrave à la justice);
  • les promesses faites par Donald Trump à des membres de son équipe de campagne afin de les inciter à le protéger;
  • le possible conflit d'intérêts lié aux recettes des hôtels de Donald Trump depuis son entrée à la Maison-Blanche;
  • le versement d'argent pour acheter le silence d'anciennes maîtresses présumées de Donald Trump lors de la campagne de 2016, qui pourrait représenter une violation des lois sur le financement des campagnes électorales.

La conduite qui fait l'objet de notre enquête est une menace pour notre démocratie. Nous avons l'obligation de répondre à cette menace.

Jerry Nadler, président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants

Mais les démocrates ne sont pas unis. Nancy Pelosi, leur chef à la Chambre, a averti des risques politiques d'une telle tentative, estimant que les élus devraient plutôt se concentrer sur la campagne présidentielle.

Les Américains comprennent que la destitution est une mesure très diviseuse, a-t-elle expliqué jeudi, se gardant d'afficher un franc soutien à cette solution, jugée extrême.

Elle s'est toutefois déclarée en faveur des enquêtes engagées par la commission, importantes selon elle pour déterminer s'il existe des preuves contre le président. Je soutiens ce qui se passe au sein de la commission judiciaire, a-t-elle fait savoir.

Quoi qu'il en soit, la majorité républicaine au Sénat condamne quasi certainement à l'échec une éventuelle procédure de destitution.

Le camp prodestitution ne cesse malgré tout de croître. Plus de la moitié des 235 élus démocrates à la Chambre disent soutenir les poursuites.

La commission judiciaire prévoit interroger la semaine prochaine l'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Corey Lewandowski, et cherche à entendre l'ancien conseiller présidentiel Don McGahn, l'une des principales sources du rapport du procureur spécial Robert Mueller sur les ingérences russes en 2016.

Politique américaine

International