•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les espoirs de la francophonie albertaine à l'aube de la campagne

La tour de la Paix, du Parlement canadien à Ottawa.

Le prochain gouvernement ne pourra pas ignorer les minorités francophones du pays, croient les organismes francophones de la province.

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada

La campagne fédérale s’amorce. Quelles questions préoccupent la francophonie albertaine? Radio-Canada propose un tour d’horizon des espoirs, mais aussi des craintes, qui occupent la communauté à l’aube de la campagne électorale.

La culture

Le théâtre franco-albertain rayonne à l’autre bout du pays ces jours-ci, où La fille du facteur, récit autobiographique de l’auteure Josée Thibault, est présenté à Ottawa.

Un succès de l'Unithéâtre d'Edmonton qui mérite des applaudissements, selon Sylvie Thériault, la directrice générale du Rassemblement des artistes francophones de l’Alberta, mais qui arrive trop peu souvent.

Nous venons de recevoir le financement [nécessaire] pour envoyer le spectacle en tournée en région, dit-elle. Mais comment fait-on pour multiplier ces initiatives?

La réponse, selon les principaux organismes culturels en milieu minoritaire, c’est l’élaboration d’une politique nationale de promotion des arts.

Ça indiquerait un chemin, une marche à suivre, croit Sylvie Thériault. Ça donnerait une assurance et une stabilité que nous n’avons pas pour l’instant.

Selon elle, un cadre national permettrait surtout de cultiver les arts à long terme.

Cependant, avant de penser à une stratégie nationale, il faut commencer par conserver les acquis gagnés de haute lutte, prévient-elle.

Avant de parler de nouveaux investissements, il faudra d’abord s’assurer que ceux déjà en place ne disparaissent pas.

Les médias

Vue sur deux journaux du Franco sur une table.

La première édition du « Franco » était publiée le 16 novembre 1928.

Photo : Radio-Canada

D’un bout à l’autre du pays, des voix de plus en plus nombreuses réclament l’investissement de fonds publics pour assurer la pérennité - ou tout simplement la survie - de la presse écrite. 

Depuis des années, les revenus publicitaires tarissent, et les coffres se vident dans les salles de rédaction. À tel point qu’entre 2008 et 2018,250 journaux ont tout simplement disparu du paysage médiatique canadien.

Pour Hélène Lequitte, directrice générale du journal Le Franco, il est grand temps que les partis proposent des solutions pour arrêter l’extinction. 

Plusieurs études le reconnaissent : le journalisme local permet souvent de diminuer la corruption, souligne-t-elle. Il faut que les partis prennent des engagements clairs et présentent leur stratégie pour assurer la survie des journaux écrits. Il y a un vrai enjeu de démocratie dans cette question.

Le Franco, seul journal de langue française dans la province, a perdu 85 % des publicités fédérales au cours des dernières années. Selon sa directrice générale, Ottawa devrait revoir sa politique publicitaire, qui privilégie les Google et les Facebook de ce monde au détriment de la presse écrite.

Un journal, c’est un élément tangible de la francophonie, croit-elle. Il est visible dans votre salon, vous pouvez le partager, et c’est une belle façon de faire rayonner notre langue.

Le troisième âge

Une dame âgée est assise à une table et regarde par la fenêtre.

Une dame âgée est assise à une table et regarde par la fenêtre.

Photo : iStock / Dima Berkut

La population vieillit et, partout, en Occident, la base de la pyramide d’âge rétrécit alors que le sommet, où se concentre le troisième âge, gonfle.

Pourtant, les aînés sont souvent négligés dans les campagnes électorales, déplore Alizé Cook, directrice générale de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA).

[Le vieillissement] changera la manière de repenser notre société, prévoit-elle. J’aimerais que les partis commencent à agir tout de suite avant que nous nous retrouvions au pied du mur.

Parmi les priorités de la FAFA : l’accès aux soins de santé en français.

Ça peut être dangereux pour nos aînés de ne pas se faire soigner dans leur langue, raconte Alizé Cook. C’est un domaine où la compréhension est primordiale, ne serait-ce que pour bien comprendre la posologie d’un médicament ou les prescriptions des médecins.

Elle voit toutefois des signes encourageants au fédéral, saluant notamment la création d’un ministère consacré aux aînés, à Ottawa.

La francophonie

Il n’y a pas qu’à Ottawa qu'une campagne électorale fait rage. En Alberta, la francophonie s’apprête à choisir une nouvelle présidente pour la représenter à la tête de l’Association canadienne-française de la province.

Sheila Risbud et Annie McKitrick, les deux candidates en lice, ont les mêmes attentes par rapport à cette campagne.

Sheila Risbud, candidate à la présidence de l'ACFA.

Sheila Risbud croit que la francophonie mérite une plus grande place dans l'espace public, particulièrement durant les campagnes électorales fédérales.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Immigration, éducation et, surtout, modernisation des langues officielles forment les priorités absolues, selon elles.

La Loi sur les langues officielles nous a permis d’avancer, mais elle a atteint sa limite, croit Sheila Risbud. La moderniser nous permettrait de mieux nous épanouir en français.

Les choses ont beaucoup changé depuis 50 ans, renchérit l’ancienne députée Annie McKitrick, dans une entrevue menée séparément.

Les deux femmes espèrent que le prochain gouvernement, qu’il soit rouge ou bleu, mènera à bien le chantier de modernisation de la loi, adoptée sous le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau, en 1968.

Annie McKitrick, candidate à la présidence de l'ACFA.

Annie McKitrick croit qu'Ottawa devrait investir davantage pour intégrer les nouveaux arrivants francophones en milieu minoritaire.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

La femme d’affaires de Calgary croit cependant que, avec le soulèvement francophone survenu en Ontario en réaction aux coupures du gouvernement Ford, les minorités linguistiques deviennent de plus en plus incontournables dans le débat public.

Malheureusement, déplore-t-elle, c’est un sujet qui demeure souvent en marge des campagnes électorales, écartées par les débats sur la santé et l’économie.

Les deux candidates promettent que, si elles sont élues, le 19 octobre prochain, elles travailleront à faire rayonner la cause francophone à Ottawa.

Alberta

Politique fédérale