•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ruptures de services dans les hôpitaux : une entente bientôt, selon Québec

Deux chirurgiens tiennent leurs instruments chirurgicaux au-dessus d'un patient dans une salle d'opération.

Le département de chirurgie a subi des ruptures de services à l'hôpital de La Pocatière au cours des derniers mois.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Miriane Demers-Lemay

Une entente entre le gouvernement et la Fédération des médecins spécialistes du Québec en lien avec les ruptures de services à La Pocatière serait annoncée à court terme, selon la ministre de la Santé Danielle McCann.

Je pense qu’on pourrait offrir de très bonnes nouvelles à la population dans un court délai, assure la ministre, sans donner d’échéancier. La ministre assure toutefois que les discussions entre les deux parties sont « très avancées ».

Dix ruptures de services – équivalant à 26 jours sans service de chirurgie notamment – ont eu lieu à l’Hôpital Notre-Dame-de-Fatima entre le début de l’année et le mois d’août, selon les estimations du gouvernement. Pendant ces ruptures de services, les patients sont redirigés vers d’autres hôpitaux, comme celui de Rivière-du-Loup notamment.

Dans les meilleurs délais, on veut qu’on assure l’ensemble des services de base, des spécialités de base à La Pocatière, explique la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann. Les discussions visent particulièrement la chirurgie générale ainsi que le département d’obstétrique et gynécologie.

Les horaires de faction toujours en vigueur

Néanmoins, la ministre de la Santé et des Services sociaux ne souhaite pas prendre position quant aux demandes d’abandon des horaires de faction des paramédicaux du Témiscouata. Ces horaires obligent les paramédicaux à être disponibles 24 heures sur 24 pendant sept jours, suivis de sept jours de congé.

Les horaires de faction nuisent grandement au recrutement de main-d’œuvre, selon la Coopérative des paramédics du Témiscouata. Faute d’employés pour respecter les conditions de ces horaires, une ambulance a d’ailleurs été immobilisée au garage pendant 8 heures le 1er septembre.

Il y a d’autres endroits au Québec qui vivent le même type de problème, alors c’est un dossier qu’on prend très au sérieux, mais l’analyse n’est pas terminée encore, dit la ministre Danielle McCann, qui ajoute qu’une analyse complète est nécessaire avant d'abandonner complètement ce type de formule.

Avec la collaboration de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Établissement de santé