•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blocus à l'usine Nemak : grand rassemblement pour les travailleurs

Un groupe d'employés portent des chandails et des drapeaux d'Unifor.

Les 270 employés de Nemak sont en grève illégale depuis le 2 septembre.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Rose St-Pierre

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées devant l'usine Nemak à Windsor pour réitérer leur opposition à la fermeture de l'usine. Les 270 employés de l'usine de fabrication de pièces automobiles sont en grève illégale depuis 11 jours.

Le président du syndicat Unifor, Jerry Dias, a pris la parole devant la foule réunie ce midi à Nemak.

Il a reproché à l'entreprise d'avoir avalé 18 millions de dollars des gouvernements fédéral et provincial pour ensuite déménager ses activités au Mexique.

Questionné au sujet des procédures judiciaires en cours contre le syndicat, qui n'a pas respecté l'injonction forçant les employés à cesser leurs activités de grève, M. Dias a répété qu'il veut que toute discussion pour mettre fin au conflit se fasse à la table de négociations.

Par ailleurs, le président n'a pas dit s'il était prêt à payer les pénalités qui pourraient être imposées par la cour au syndicat demain.

Jerry Dias a aussi révélé qu'il avait eu des discussions avec la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le bureau du premier ministre Justin Trudeau, et qu'il s'entretiendrait demain avec le ministre du Développement économique, Navdeep Bains.

L'employeur et le syndicat se rencontreront une nouvelle fois en cour vendredi. Le syndicat est accusé d'outrage au tribunal pour ne pas avoir respecté une injonction ordonnant aux employés de cesser leurs activités de grève.

Relations de travail

Économie