•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La facture du déneigement explose

Hiver rigoureux et manque de main-d'oeuvre

Un déneigeur à pied d'oeuvre chez un particulier.

Un déneigeur à pied d'oeuvre chez un particulier

Photo : Radio-Canada / Gaétan Bergeron

Radio-Canada

Depuis deux ans, les entreprises de déneigement ont la vie dure. En plus des chutes de neige exceptionnelles, elles doivent composer avec la pénurie de main-d'oeuvre.

Le propriétaire de Déneigement Trifluvien Robin Claveau s'est résigné cette année à gonfler le montant des contrats de déneigement de 25 %. Une hausse inévitable selon lui : « Avec l'hiver qu'on a eu l'année passée, mais surtout celui de cette année, ça nous est rentré dedans solide. »

Selon M. Claveau, tous les propriétaires d'entreprises de déneigement ont eu des problèmes de rentabilité au cours des deux dernières années.

L'an passé, on a fait 34 sorties. Avec trois passages pour chacun de nos clients, c'était impossible d'arriver.

Robin Claveau, propriétaire de Déneigement Trifluvien

Depuis quelques semaines, les clients de M. Claveau ne cessent d'appeler pour comprendre la hausse de leur facture. « Si on n'a pas reçu 200 téléphones la semaine passée, on n'en a reçu aucun », précise Robin Claveau, ajoutant que quand on « explique la situation, les gens comprennent ».

Dans certains secteurs, les hausses de tarif atteindraient 33 %.

Main-d'oeuvre très rare, salaire à la hausse

Derrière cette hausse de la facture de déneigement se cache un problème encore plus difficile à résoudre pour l'industrie. Cette année, le phénomène du manque de main-d'oeuvre représente à lui seul la majeure partie de l'augmentation des coûts.

Alors que les salaires horaires oscillaient entre 16 $ et 23 $ l'an passé, les employés qui s'engagent pour l'hiver prochain réclament de 18 $ à 28 $. « À certains, il faut donner 30 $ l'heure, sinon c'est d'autres entreprises qui viendront nous les voler », déplore Robin Claveau.

La pénurie de main-d'oeuvre préoccupe tous les propriétaires d'entreprises de déneigement, qui cherchent par tous les moyens à recruter. Trouver des employés ayant un peu d'expérience semble encore plus difficile.

Devant l'impossibilité d'embaucher, Déneigement Trifluvien restreint le nombre de ses clients cette année. Robin Claveau a cédé une partie de son territoire et de sa machinerie.

Tant qu'à engager n'importe qui et tant qu'à avoir de la misère et à perdre la qualité du service qu'on donne, on aimait mieux diminuer la quantité de clients.

Robin Claveau, propriétaire de Déneigement Trifluvien

Robin Claveau était en entrevue à Facteur matinal et répondait aux questions de l'animatrice Barbara Leroux.

Mauricie et Centre du Québec

Emploi