•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Droit des enfants : Régine Laurent entend retourner « toutes les pierres »

Régine Laurent avec un micro

Régine Laurent

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Sarah Molkhou

Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ), annonce une série de consultations afin de recueillir le point de vue des jeunes, des parents, des familles, des intervenants et des familles d’accueil.

À l'origine de la création de cette commission spéciale : le décès de la petite fillette de Granby, qui avait provoqué l’émoi de la population et de la classe politique québécoise, et dont le dossier sera de retour en Cour le 28 octobre prochain.

À ce jour, le père – qui a retrouvé sa liberté en attendant la suite des procédures judiciaires – est toujours accusé de nombreux chefs d'inculpation, dont négligence criminelle ayant causé la mort.

La belle-mère de la fillette, accusée de meurtre non prémédité, de séquestration et de voies de fait graves, demeure de son côté incarcérée.

Aujourd'hui, la présidente de la CSDEPJ, Régine Laurent, et ses deux vice-présidents, André Lebon et Michel Rivard, ont présenté leur plan de travail ainsi que le fonctionnement des audiences publiques prévu pour les prochains mois.

Nous avons l’intention de retourner toutes les pierres et d’entendre un maximum de personnes afin de formuler des recommandations à la fois concrètes, applicables, rigoureuses et en phase avec les attentes et les valeurs de la population.

Régine Laurent, présidente de la CSDEPJ

Pour rendre compte des lacunes et des problèmes généralisés au sein du système de la protection de la jeunesse du Québec, la commission spéciale propose différentes méthodes de consultation :

  • Audiences publiques
  • Forums citoyens dans toutes les régions du Québec
  • Rencontres individuelles à huis clos
  • Groupe de discussion avec des intervenants et des groupes d’usagers
  • Sessions de travail avec des experts
  • Adresse courriel : votrehistoire@csdepj.gouv.qc.ca (Nouvelle fenêtre), ou formulaire sécurisé accessible directement sur le site
  • Ligne téléphonique : 1 833 990-2443

Selon la présidente de la CSDEPJ, de 60 à 70 groupes d'individus environ pourront être entendus d'ici l'arrêt des travaux de la première session, laquelle débutera officiellement le 22 octobre.

Notre rôle n’est pas de porter un blâme sur l’événement qui s'est déroulé à Granby [ou sur toute autre situation]. Notre but est de proposer un accompagnement personnalisé et une orientation vers la mesure d'écoute qui convient le mieux à la situation et aux objectifs de la commission, explique Michel Rivard, vice-président de la CSDEPJ.

Rappelons que la commission a pour but d'émettre des recommandations pratiques au gouvernement du Québec – sous forme de rapport – au plus tard le 30 novembre 2020. Des recommandations préliminaires pourront aussi être formulées en cours de mandat.

Questionnés sur la date butoir, les représentants de la commission assurent que le délai fixé par le gouvernement sera respecté.

Pour les enfants, le temps est crucial, et certains n’ont pas le luxe d’attendre.

Régine Laurent

Mandat de la CSDEPJ

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse a pour mandat d'examiner les dispositifs de protection de la jeunesse dans les différents réseaux d'intervention concernés – santé et services sociaux, éducation, petite enfance, sécurité publique et judiciaire –, de manière à identifier les enjeux et obstacles et à formuler des recommandations au gouvernement du Québec sur les améliorations à apporter.

La présidente a tenu à préciser qu'aucun témoignage d'enfants mineurs ne sera entendu.

Politique provinciale

Politique