•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eau potable : une facture salée pour les citoyens de La Martre

Un homme devant un tableau noir rempli d'explications écrites à la craie

Le maire Yves Sohier a présenté aux citoyens tous les calculs qui avaient guidé les choix des élus dans le projet de réseau d'aqueduc.

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Joane Bérubé

C’est avec soulagement, mais aussi avec résignation que des citoyens de La Martre ont pris connaissance, mercredi soir, des détails du projet de leur futur réseau d’aqueduc.

De l’eau potable devrait couler dans les robinets de La Martre en 2022.

Ces travaux attendus depuis 19 ans ont un coût. La taxe d’eau passera alors de 50 $ à 693 $ pour chacun des 82 branchements au futur réseau d’aqueduc.

La quarantaine de maisons qui ne sera pas connectée au réseau, entre autres ceux du secteur de Cap-au-Renard ou ceux du secteur surnommé « Pince-farine » paieront 25 % du projet ce qui équivaudra à une taxe d’eau de 71 $.

Même si Québec paie presque 95 % des travaux, les résidents se partageront tout de même une facture de 933 000 $ auxquels il faudra ajouter des frais d’entretien annuels d’environ 30 000 $. La Municipalité prévoit signer un emprunt de 20 ans.

Bien préparé, le maire de La Martre, Yves Sohier, a fait une présentation à l’ancienne, sur un tableau noir, du projet de 7,2 millions de dollars.

Les explications claires ont été appréciées des citoyens. Ils ont fait une belle job, commente une dame.

Nouveau résident Pierre Beaupré est bien content que La Martre puisse enfin se doter d’un réseau d’eau potable. Ça va ramener un attrait au village, pour le futur, la construction, les investissements.

Pour faire avaler la pilule, le maire a fait valoir que les citoyens pourront sans doute payer moins pour leur assurance habitation puisque le village sera désormais équipé de borne-fontaine. La facture de bouteilles d’eau sera aussi chose du passé.

Ces économies aideront, croit le maire, à payer la nouvelle taxe.

C’est vrai pour certains, mais pas pour les résidents déjà équipés d’un puits artésien.

C’est le cas d’un jeune couple, récemment installé à La Martre, qui prend tout de même la chose avec philosophie. On va vivre avec. Ça vaut quand même le coup d’avoir un système d’eau potable complet.

Parmi la vingtaine de résidents, sur les 245 que compte le village, qui s’étaient déplacés pour l’entendre, aucune opposition au projet n’a d’ailleurs été entendue lors de la soirée.

Quelques bémols

Les inquiétudes, par contre, sont là, notamment en ce qui concerne le respect des prévisions budgétaires. Quelles garanties avons-nous que ça ne dépassera pas les coûts? Je ne sens pas qu’on a cette garantie-là et ça me fait peur , commente Roger Desrosiers, un citoyen de La Martre.

La Martre

245 personnes habitent à La Martre en Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Un autre résident craint les retards que pourraient occasionner les fouilles archéologiques. Le village de La Martre est un ancien site paléoindien dont l’occupation remonte entre 8000 et 10 000 ans. Tous les travaux seront exécutés sous l’oeil des archéologues. Ça peut prendre plus de temps si l’archéologie se mêle là-dedans , estime Jean-Claude Dion.

La facture pour d’autres est difficile à avaler.

Dany Marin ne sait plus s’il demeurera citoyen de La Martre.

Parti de Terrebonne pour revenir s’installer dans son village natal, il estime que ses taxes municipales grimperont à 2500 $. Ça n’a pas d’allure. On n’a pas de services. Je pense qu’on va remettre la maison en vente et redéménager. Quand on travaille juste saisonnier l’hiver est dur.

Un nouveau village

C’est le quatrième projet que La Martre prépare afin de régler son problème d’eau potable. Plus de 600 000 $ ont été dépensés en travaux de toutes sortes, sans véritable résultat.

Cette fois, le maire jure que c’est la bonne.

La Martre en Gaspésie

La Martre en Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

S’il est exaucé, son village brillera comme un sou neuf en 2022 puisque les travaux d’aqueduc obligeront la Municipalité à refaire tout le pavage des rues municipales. Le ministère des Transports doit aussi entreprendre parallèlement des travaux pour refaire le pont et la courbe à l’entrée du village.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé publique