•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réglementation d’Airbnb se précise à Calgary

Le logo d'Airbnb s'affiche sur un écran d'ordinateur portable dans une salle de travail.

Les Calgariens qui proposent leurs logements en location à court terme sur Airbnb se sont partagé des revenus de 18 millions de dollars cet été seulement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un comité du conseil municipal de Calgary mandaté pour explorer les options de réglementation des activités de location à court terme de type Airbnb s’est entendu sur les grandes lignes de leur stratégie.

Il propose d’imposer l’achat d’un permis adjoint à des amendes allant jusqu'à 1000 $ en cas de non-respect des règlements. Selon la conseillère Druh Farell, il s’agit d’une réglementation qui responsabilise les locateurs sans les décourager.

L’autre nouveauté par rapport à la première ébauche de réglementation en décembre dernier est une différenciation du traitement des propriétaires selon le nombre d’unités qu’ils offrent en location.

Ainsi, ceux qui ne louent qu’une seule unité avec moins de 5 lits ne payeraient que 100 $ pour leur permis, comparativement à 191 $ pour un propriétaire avec des activités plus importantes. Ces derniers devraient aussi payer eux-mêmes des inspections de sécurité qui ne seraient pas imposées aux plus petits joueurs.

Dans un courriel à CBC, une porte-parole d’Airbnb dit voir cette réglementation d’un bon oeil. Elle précise au passage l’importance des revenus générés par la location à court terme, « de l’argent qui se retrouve dans les poches des familles de Calgary ».

Si elle est adoptée par le conseil municipal, cette nouvelle réglementation entrera en vigueur le 1er février 2020.

Avec les informations de CBC

Alberta

Immobilier