•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le 10 septembre, une Assemblée plus diversifiée

Une femme sourit à la caméra.

Audrey Gordon est la nouvelle députée conservatrice de Southdale.

Photo : Radio-Canada / James Turner

Radio-Canada

L’Assemblée législative du Manitoba a changé depuis mardi soir : elle comprendra désormais plus de femmes, mais moins d’Autochtones, ainsi que six personnes de couleur, dont les trois premiers députés noirs de la province. Au moins six des élus sont reconnus pour pouvoir s’exprimer en français.

Le NPD a fait élire le groupe d’élus le plus diversifié de son histoire. Il compte ainsi 2 Indo-Canadiens (Diljeet Brar, dans Burrows, et Mintu Sandhu, dans The Maples), une députée de la commnauté philippine (Malaya Marcelino, dans Notre-Dame) et 5 Autochtones (Wab Kinew, dans Fort Rouge, Ian Bushie, dans Keewatinook, Bernadette Smith, dans Point Douglas et Amanda Laithlin, dans The Pas-Kameesak).

Le Parti progressiste-conservateur compte aussi un élu de la communauté philippine, Jon Reyes, réélu dans Waverley.

Il y avait 4 personnes de couleur en 2016; il y en aura 7 dans la nouvelle législature. Il y aura aussi 7 Autochtones, alors qu’il y en avait 8 avant le déclenchement des élections.

Les deux députés conservateurs métis, Alan Lagimodiere (Selkirk) et Bob Lagassé (Chemin Dawson), ont été réélus, tandis que Collen Mayer a perdu son siège de Saint-Vital.

Un homme, qui a un turban orange, sourit. Il est entouré de deux autrs  hommes.

Dijeet Brar a remporté la circonscription de Burrows pour le NPD.

Photo : Radio-Canada

Les trois premiers députés noirs sont Uzoma Asagwara (Union Station) et Jamie Moses (Saint-Vital) pour le NPD et Audrey Gordon (Southdale) pour le PC.

Les 16 femmes élues (parmi lesquelles Uzoma Asagwara, qui se définit comme queer) représentent 28 % de la députation.

La néo-démocrate Lisa Naylor, dans Wolseley, est la seule élue ouvertement homosexuelle.

Les six députés reconnus pour être capables de s’exprimer en français (Wab Kinew, Dougald Lamont, Bob Lagassé, Jon Gerrard, Jon Reyes et Adrien Sala) forment un peu plus de 8 % de la députation.

Des votes et des chiffres

Si le parti au pouvoir demeure le même, les conservateurs ont cependant perdu des circonscriptions, tandis que le NPD en a gagné et les libéraux sont de retour au total de sièges qu’ils avaient obtenu en 2016.

  • Électeurs inscrits : 853 378
  • Suffrages exprimés : 472 575
  • Taux de participation : 55,4 %

Les votes du Parti progressiste-conservateur :

221 007 voix, 47,1 % des voix exprimées – 36 élus

Les votes du NPD :

147 337 voix, 31,4 % des voix exprimées – 18 élus

Les votes du Parti libéral :

67 978 voix, 14,5 % des voix exprimées – 3 élus

Les votes du Parti vert :

30 175 voix, 6,4 % des voix exprimées – 0 élu

Des circonscriptions perdues et gagnées

Mardi soir, le NPD a fait des gains aux dépens des autres partis : Burrow et Keewatinook (Parti libéral), St. James, Saint-Vital, Thompson et Transcona (Parti progressiste-conservateur). Parmi les nouvelles circonscriptions de la carte électorale, il a aussi remporté Notre-Dame et Union Station. Enfin, il a remporté The Maples, qui était représenté par un député indépendant à la dissolution de la Chambre.

  • Sièges NPD en 2016 : 14
  • À la dissolution de la Chambre : 12
  • Remporté le 10 septembre : 18

Le Parti progressiste-conservateur, qui détenait 40 sièges en 2016, en a remporté 36 mardi. Il a perdu Thompson, Transcona, Saint-Vital et St James.

Les libéraux ont conservé Saint-Boniface et River Heights et fait un gain dans Tyndall Park aux dépens du NPD.

Avec des informations de CBC, Chloé Dioré de Périgny et Martin Bruyère.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale