•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux meurtres à Dieppe sèment la consternation dans le voisinage

Une fourgonnette de la GRC stationnée dans l'entrée de la maison des Saulnier.

L'enquête se poursuit au domicile des victimes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quatre jours après la découverte des corps d’un couple de personnes âgées à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, les enquêteurs passent toujours leur domicile au peigne fin.

Les victimes sont Bernard et Rose-Marie Saulnier, âgés respectivement de 78 ans et de 74 ans.

Mme Saulnier était bien connue dans la communauté. Infirmière de profession, elle était aussi nutritionniste, herboriste et naturopathe. Elle travaillait depuis cinq ans au magasin de produits naturels Sequoia de Dieppe.

Le commerce lui a rendu hommage sur sa page Facebook. La mort inattendue de Rose-Marie nous a beaucoup touchés. Elle était une membre irremplaçable de la famille Sequoia et de la communauté depuis plus de 30 ans. Elle a eu un impact sur tant de vies, y compris les nôtres.

D’après sa nécrologie, M. Saulnier était aussi très actif dans la communauté, notamment au sein du club Rotary de Dieppe. Au cours de sa carrière professionnelle, il avait présidé l’entreprise Acadia Electric.

Des photos des deux victimes de meurtre.

Les corps de Bernard Saulnier, 78 ans et de sa femme, Rose-Marie Saulnier, ont été découverts dans leur maison de la rue Amirault à Dieppe samedi dernier.

Photo : Maison funéraire Fair Haven

Le couple avait deux fils.

Leurs voisins, comme John Cormier, qui vit dans le quartier depuis 24 ans, sont consternés.

Je connaissais bien la madame, elle avait un petit chien qu’elle marchait ici et moi aussi j’ai un chien, donc on se croisait souvent et on jasait un peu. Elle était très gentille… C’est un choc de savoir ce qui s’est passé!

John Cormier.

John Cormier espère qu'ils trouveront rapidement le ou les coupables.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Sa peine est teintée d’un peu d’appréhension, puisque la GRC n’a pour l’instant aucun suspect, même si, très tôt dans l’enquête, elle a fait savoir que la population n’avait pas de raisons de s’inquiéter.

La GRC ne croit pas que c’est un crime commis au hasard, on mène enquête pour en savoir plus, a encore déclaré un porte-parole, le sergent Nick Arbour, mercredi.

Une « enquête complexe »

Il a ajouté qu'il s'agissait d'une enquête complexe. Il n'a pas voulu préciser si quelqu'un habitait la maison de la rue Amirault avec le couple, mais l'un des fils des victimes, Sylvio Saulnier, l'a inscrite comme adresse postale auprès de Service Nouveau-Brunswick.

Il est aussi propriétaire d'une maison de la rue Dominion, à Moncton, récemment visée par une descente policière. Les policiers ont fait quatre perquisitions ce jour-là - trois à Moncton, une à Fredericton -, saisi ce qui semblait être de la méthamphétamine, ainsi que de la cocaïne, des armes à feu et de l'argent liquide.

Des agents de la GRC durant les fouilles.

De nombreux agents de la GRC étaient présents lors des descentes qui ont eu lieu à Moncton le 28 août.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

Huit personnes ont été arrêtées et des accusations portées contre cinq d'entre elles. Le nom d'un seul d'entre eux, Jesse Togue Lodd, est connu : il est notamment accusé de trafic de drogue.

Sylvio Saulnier n'a pu être joint.

Le sergent Arbour n'a pas voulu établir de lien entre ces perquisitions et les meurtres du couple Saulnier. Les enquêteurs vont bien sûr suivre toutes les pistes et faire un suivi par rapport à tous les renseignements fournis par le public, s'est-il borné à dire.

Un quartier tranquille

Les voisins des victimes espèrent que l'enquête aboutira bientôt.

C’est un quartier très tranquille, jamais eu de dérangement, jamais de drame ou rien que ce soit, affirme Dana Roussel, qui vit dans le quartier depuis 20 ans.

Le quartier est notamment peuplé de nombreuses familles. Deux garderies se trouvent d’ailleurs à proximité du lieu de la maison où les corps des victimes ont été trouvés.

J’espère qu’ils vont trouver qui a fait ça. [...] C’est pas confortable de se sentir comme ça dans notre coin, conclut John Cormier.

Avec les informations de Wildinette Paul de Radio-Canada et de Shane Magee, CBC

Nouveau-Brunswick

Crimes et délits