•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'action de SNC-Lavalin rebondit

Les bureaux de SNC-Lavalin à Montréal.

SNC-Lavalin, qui se prépare à subir un procès criminel pour corruption, a affiché des pertes pour ses trois derniers trimestres.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

L'action de SNC-Lavalin a bondi de plus de 16 % depuis le début de la semaine, après que des documents réglementaires eurent révélé que Jarislowsky Fraser avait haussé sa participation dans la firme d'ingénierie pour en devenir l'un des trois plus grands actionnaires.

Le titre de la firme d'ingénierie a gagné mercredi 81 cents, soit 4,5 %, pour clôturer à 18,73 $ à la Bourse de Toronto. Il s'agit d'un sommet de six semaines pour l'action, qui a perdu environ 60 % de sa valeur depuis le début de l'année.

La firme de gestion de portefeuille Jarislowsky a acquis 17,9 millions d'actions de SNC à la fin août, pour détenir désormais 18,97 millions de dollars, portant sa participation dans SNC à 10,8 %.

La Caisse de dépôt et placement du Québec et RBC Gestion mondiale d'actifs sont les deux seuls autres actionnaires détenant des participations plus importantes, de 19,9 % et 16,6 % respectivement.

Le chef de la direction de Jarislowsky Fraser, Maxime Ménard, a expliqué dans une déclaration que l'investissement faisait suite à un « processus d'investissement discipliné », ajoutant que ses clients avaient des portefeuilles « bien diversifiés ».

SNC, qui continue d'apparaître dans les manchettes avec le lancement de la campagne électorale fédérale, laquelle a lieu à la suite d'un scandale politique, a vu son titre reculer à un creux de 15 ans le mois dernier, après avoir dévoilé une perte de 2,12 milliards de dollars pour son deuxième trimestre et avoir été décotée par des agences de notation.

L'entreprise, qui se prépare en outre à subir un procès criminel pour corruption, a affiché des pertes pour ses trois derniers trimestres et réduit ses prévisions financières à trois reprises depuis janvier.

Sa valeur boursière au début de l'année était au moins deux fois plus élevée que celle de 3,29 milliards de dollars qu'elle détient actuellement.

Ingénierie

Économie