•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ambulanciers du Témiscouata toujours aux prises avec des horaires de faction

Des ambulances stationnées dans la rue.

Des ambulanciers sont sur les lieux d'un événement.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Patrick Bergeron

Les dirigeants de la Coopérative des paramédics du Témiscouata dénoncent à nouveau le maintien des horaires de faction sur leur territoire, même s'ils respectent tous les paramètres demandés par Québec pour l'abandon des ces horaires.

Selon le directeur général de la coopérative, Éric Bouchard, ce type d'horaire nuirait grandement au recrutement de nouveaux ambulanciers.

Présentement, 22 paramédicaux sont à l'emploi de la coopérative que ce soit à temps plein ou à temps partiel.

Juste dans le dernier mois, on a perdu deux paramédicaux qui ont préféré aller travailler pour une entreprise où il n'y avait plus d'horaires de faction.

Éric Bouchard, directeur général, Coopérative des paramédics du Témiscouata

Ce qui rend la situation encore plus incompréhensible pour Éric Bouchard, c'est que son organisme respecte les normes édictées par Québec pour abandonner ces horaires.

Dans ce dossier, c'est le ministère de la Santé qui peut confirmer l'abandon des horaires de faction pour les services ambulanciers.

Par ailleurs, le 1er septembre une ambulance a dû rester au garage pendant 8 heures, faute d'employés. Les ambulanciers prévus à l'horaire avaient eu une journée très chargée la veille et ils n'avaient pu avoir 8 heures de repos consécutives.

Selon Éric Bouchard, ces journées de débordements, pendant lesquelles les ambulanciers ne peuvent avoir leur temps de repos, surviennent de 2 à 3 fois par semaine. Mais habituellement, d'autres employés de la coopérative prennent le relais, ce qui ne fut pas le cas le 1er septembre.

Bas-Saint-Laurent

Relations de travail