•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lanceurs d’alerte dévoilent les vices de construction du traversier F.-A.-Gauthier

Les coûts imprévus s’élèvent à 60 millions de dollars, a appris Enquête

Le traversier

Le F.-A.-Gauthier après sa mise à l’eau au chantier de Fincantieri en Italie

Photo : Courtoisie

Marie-Maude Denis
Benoit Michaud
Jacques Taschereau

Vices de construction, contrôle de qualité déficient, représailles contre ceux qui sonnent l’alarme… Pour la première fois, d’ex-employés de la Société des traversiers du Québec dénoncent les conditions dans lesquelles a été construit le F-A.-Gauthier. Les déboires de ce traversier, qui fait la liaison entre Matane et la Côte-Nord, font la manchette depuis des mois.

René Lebrun est catégorique : « Ce navire a quatre ans seulement. Pour un navire, c'est tout neuf. Ce que j'appréhende dans le futur, c'est une dégradation accélérée. »

L’hiver dernier, M. Lebrun tentait tant bien que mal d’occuper sa retraite et d’oublier son départ précipité de la Société des traversiers du Québec (STQ). Mais l’actualité lui rappelait sans cesse sa fin de carrière abrupte. Pendant plus de 40 ans, il a travaillé comme technicien en architecture navale, dont 14 ans pour la société d’État québécoise.

Sa dernière mission, qu’il a d’abord embrassée avec enthousiasme, était d’inspecter la structure d’acier, l’isolation et la peinture du F.-A.-Gauthier pendant sa construction sur un chantier naval italien.

René Lebrun

René Lebrun sur le chantier du F.-A.-Gauthier en Italie

Photo : Courtoisie

En 2013, René Lebrun a été déployé pendant plus d’un an au chantier du constructeur Fincantieri, près de Naples. Le géant naval a fait la plus basse soumission pour construire le traversier qui allait remplacer le Camille-Marcoux, arrivé en fin de vie utile en 2015.

Vices de construction

René Lebrun révèle avoir observé des vices de construction. « Il y a eu beaucoup de problèmes de soudure, de problèmes d’alignement des éléments de construction, d’opérations de sablage et de peinture, etc. », explique-t-il en entrevue.

Il déplore également l’installation à bord d’équipements complètement rouillés, par exemple des conduits de ventilation.

Photos de conduits de ventilation

Pièces d’équipement rouillés installées sur le F.-A.-Gauthier

Photo : Courtoisie

« En Italie, il pleut très souvent. Le navire n'était pas protégé contre les intempéries. Il y avait énormément d'eau qui entrait dans ce bateau-là. Très souvent, on a eu de l'isolation, des panneaux muraux dans [les salles] des passagers, qu'il a fallu défaire parce que tout était souillé. Ça a été aussi un autre gros problème », déplore René Lebrun.

Autre fait troublant : le pont principal du F.-A.-Gauthier n’était pas complètement soudé lors de la mise à l’eau. Deux architectes navals ont confirmé à Enquête qu’il s’agit là d’un risque pour l’intégrité du navire.

Les déboires du F.-A.-Gauthier

Tous les ans, quelque 200 000 passagers sont transportés par le traversier entre Baie-Comeau, Godbout et Matane. C’est également un lien névralgique pour le transport de marchandises et l’économie de l’Est-du-Québec.

En décembre 2018, un bris majeur des propulseurs a forcé l’arrêt du F.-A.-Gauthier trois ans et demi seulement après son inauguration. Les solutions temporaires se sont succédé, dont l’achat de l’Apollo, un navire en si piteux état qu’il a été retiré de la circulation après seulement 42 jours de service.

En désespoir de cause, la Société des traversiers du Québec a dû se résoudre à acheter un autre traversier, le Saaremaa.

Le F.-A.-Gauthier en réparation

La timonerie du F.-A.-Gauthier en juillet 2019 au chantier maritime Davie, à Lévis

Photo : Radio-Canada / Marie-Maude Denis

Lanceurs d’alerte

Même s’il s’était promis de ne plus penser à ce qu’il a vécu sur le chantier du F.-A.-Gauthier, René Lebrun, découragé par les problèmes du navire, décide en février dernier d’écrire au ministre des Transports, François Bonnardel, responsable de la STQ.

Il lui offre de lui transmettre des informations importantes s’il veut comprendre dans quelles conditions le navire a été conçu et fabriqué. Il dénonce un manque de qualité général sur le chantier pendant la construction du F.-A.-Gauthier.

N’ayant reçu qu’un accusé de réception du ministre, il a finalement accepté de témoigner à Enquête, à visage découvert, après avoir hésité longtemps à le faire.

Ce qui a aussi poussé M. Lebrun à parler, ce sont les « menaces » qu’il estime avoir reçues de la part des dirigeants de la STQ.

Ils m'ont dit que si je divulguais des informations dans les médias, j'étais passible de poursuites au civil.

René Lebrun, ex-fonctionnaire de la STQ

La STQ a refusé de commenter ce dossier, qualifié de « personnel ».

René Lebrun devant le F.-A.-Gauthier en construction

René Lebrun sur le chantier du F.-A.-Gauthier, en Italie

Photo : Courtoisie

Un deuxième témoin a accepté de parler de l’envers de la construction du traversier à Enquête. Il s’agit de Martin Saint-Pierre, qui a été pendant plus de 15 ans le capitaine des traversiers Camille-Marcoux et F.-A.-Gauthier.

M. Saint-Pierre a passé un an au chantier de Fincantieri, en Italie.

Pour Martin Saint-Pierre, la Société des traversiers n’a pas envoyé suffisamment de gens pour surveiller adéquatement la construction.

« Les derniers mois, c'est complètement fou. Il aurait fallu être 20 pour avoir des yeux partout pour voir tout ce qui se faisait. Il y a plein de choses qu’on a manquées parce qu'on n’avait pas assez d'effectifs », déplore-t-il.

Même constat pour l’inspecteur René Lebrun. « Vraiment, nous étions en sous-nombre. Normalement, en Italie, pour superviser la construction d'un tel navire, il aurait fallu être à peu près une douzaine d'inspecteurs », dit-il.

Or, la Société des traversiers du Québec n’a dépêché sur place que trois inspecteurs de spécialités différentes (structure, mécanique et électricité), en alternance, pendant toute la durée des travaux. 

René Lebrun et Martin Saint-Pierre

René Lebrun et Martin Saint-Pierre en Italie en 2014

Photo : Courtoisie

Si les observations de René Lebrun et de Martin Saint-Pierre ne sont pas liées directement au bris des propulseurs qui forcent en ce moment l’arrêt du F.-A.-Gauthier, leurs témoignages soulèvent des questions sur la qualité générale du navire. 

Pour moi, le plus important, c'est le manque de contrôle de qualité qui fait que certaines étapes ont été un peu vite.

Martin Saint-Pierre, ex-fonctionnaire de la STQ

Il soutient que l’unique employé de Fincantieri attitré au contrôle de la qualité était plus que discret. « On ne le voyait jamais sur le chantier. En un an, j'ai dû le voir deux ou trois fois », dénonce M. Saint-Pierre.

La compagnie Fincantieri n’a pas voulu répondre aux questions de Radio-Canada.

Le capitaine croit que la Société des traversiers  a eu une confiance aveugle envers Fincantieri. « Vous investissez 148 millions de dollars dans un actif. C'est la moindre des choses que vous envoyiez votre propre monde pour surveiller vos intérêts », dit-il.

À ce montant s’ajoutent plusieurs autres dépenses, comme les coûts pour les plans, la mise en service et la réfection des quais au Québec, pour un total de 210 millions de dollars.

Les dépenses imprévues liées au bris du F.-A.-Gauthier s’élèvent quant à elles à 60 millions de dollars jusqu’à présent, compte tenu de l’achat de deux autres traversiers dans l’urgence.

Des échafaudages entourent le F.-A.-Gauthier

Le F.-A.-Gauthier lors de sa construction au chantier de Fincantieri, en Italie, en mai 2014

Photo : Courtoisie

En entrevue, le directeur du projet pour la STQ, Benoît Cormier, a fait valoir que la société d’État a fait confiance au contrôle de qualité interne à Fincantieri ainsi qu’à la société de classification qui a certifié le navire. La société de classification est une entreprise indépendante qui inspecte le navire et atteste qu’il répond à certaines normes.

« Ça, c'est la théorie. La réalité est tout autre! » dit le commandant Bertrand Apperry, président de l’Association française des experts maritimes, qui a supervisé la construction de plusieurs navires au cours de sa carrière. 

Il croit que la méthode de surveillance choisie par la STQ n’était pas garante de qualité, puisque les responsables d’un chantier seront portés à vouloir gagner du temps lors de la construction et pourraient faire des compromis sur la qualité du matériel.  

« Si vous voulez un navire bien construit [...], suivez vous-même la construction, au jour le jour, par votre meilleur personnel. Cela a un coût, mais ça vaut le coup! » explique-t-il.

Écrivez-nous

Vous avez des informations à nous transmettre? Contactez la journaliste Marie-Maude Denis : marie-maude.denis@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Représailles

Au chantier, René Lebrun et Martin Saint-Pierre travaillaient sous les ordres du chargé de projet Luc Martin. Ce consultant était l’homme de confiance de la direction de la Société des traversiers du Québec pendant la construction en Italie.

MM. Saint-Pierre et Lebrun ont été surpris par l’attitude du chargé de projet, puisque certains des problèmes de construction relevés par les deux hommes n’étaient pas corrigés.

Devant cette situation, René Lebrun émet deux hypothèses. « Soit le chargé de projet bloquait nos demandes, soit il les transmettait et elles n'étaient pas réalisées par Fincantieri », dit-il. Dans le dernier cas, « le chargé de projet aurait dû intervenir et faire des pressions, et souvent, ce n'était pas le cas ».

À l’automne 2014, René Lebrun commence à transmettre des défauts qu’il signale à son chargé de projet et à un directeur de la STQ, à Québec.

Je voulais absolument me protéger, et c'est là que les relations ont été beaucoup plus tendues.

René Lebrun, ex-fonctionnaire de la STQ

En octobre, le directeur Benoît Cormier ordonne à René Lebrun de revenir au Québec pour « se reposer ». 

De retour au pays, il consulte son médecin, qui lui fait passer une batterie de tests. Résultat : il est en excellente condition physique. Or, curieusement, la STQ demande une contre-expertise médicale. 

« J'ai été voir le médecin [de la STQ], qui m'a regardé, [qui a] lu l'examen médical de mon médecin et qui a ri en disant : "Qu'est-ce que c'est que cette bêtise-là?", se rappelle l’ex-fonctionnaire.

Ayant échoué dans sa tentative de faire déclarer René Lebrun inapte au travail, il est renvoyé en Italie.

Un semaine plus tard, il sera toutefois congédié. On lui reproche d’avoir fait preuve d’insubordination envers le chargé de projet Luc Martin. 

La STQ se défend d’avoir fait des représailles contre ses employés qui dénonçaient des vices de qualité au chantier de Fincantieri.

Des échafaudages entourent le F.-A.-Gauthier

Le F.-A.-Gauthier lors de sa construction au chantier de Fincantieri en Italie, en mai 2014

Photo : Courtoisie

Histoire de toilettes

Le capitaine Martin Saint-Pierre a lui aussi reçu des reproches pour des peccadilles.

« On m’a fait des reproches sur des petits détails… L’utilisation des toilettes pas à la bonne place », laisse tomber le capitaine en roulant les yeux. Il explique qu’au chantier, des toilettes turques étaient réservées aux employés de la STQ. Il a commis « l’impair » de se servir des toilettes standards du côté du bureau du chargé de projet Luc Martin.

« Il a rapporté à la haute direction [de la STQ à Québec] que j'étais un trouble-fête. Assez que ma directrice est venue en Italie pour voir ce qui se passait », se désole-t-il. 

Pour Martin Saint-Pierre, il n’y a qu’une explication pour cette « ridicule » histoire d’utilisation des toilettes.

[Le chargé de projet] voulait se débarrasser de moi parce que je soulevais beaucoup de problèmes, puis il n’aimait pas ça.

Martin Saint-Pierre, ex-fonctionnaire de la STQ

Enquête a tenté de recueillir la version de Luc Martin, qui a choisi de répondre par une mise en demeure. ll soutient que toutes nos allégations sont fausses et que son obligation de confidentialité l’empêche de nous en dire davantage.

Martin Saint-Pierre

La capitaine Martin Saint-Pierre

Photo : Courtoisie

Admissions de la STQ

« Je ne dirais pas qu'on est épatés par la qualité [du F.-A.-Gauthier] », admet Stéphane Lafault, à la tête de la Société des traversiers du Québec depuis six mois.

« Il y a des valves, des pompes, un problème qui s'est développé au niveau de la porte avant du navire... Donc, quand je regarde le niveau de durabilité qu'on pourrait espérer de certaines de ces pièces-là, ce n'est pas au rendez-vous », dit-il.

Cette admission du nouveau PDG contraste avec le discours tenu jusqu’ici par la société d’État.

Le F.-A.-Gauthier en juillet 2019 au chantier maritime Davie, à Lévis

Le F.-A.-Gauthier en juillet 2019 au chantier maritime Davie, à Lévis

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Stéphane Lafault réagit aussi vivement aux révélations de Martin Saint-Pierre et de René Lebrun. « Ce n'est pas [ma] vision ou l'idée d'une société d'État ou de toute organisation professionnelle [...] Si ces gens-là [...] veulent venir discuter de ce qu'ils ont vécu avec moi, je suis prêt à les écouter », dit-il.

Mais sa principale préoccupation est de remettre en service le F.-A.-Gauthier avant le début de l’hiver, et qu’il soit fiable.

Or une certaine incertitude était palpable au chantier. Après des mois d’inspection, les spécialistes de l’entreprise qui fabrique les propulseurs n’ont pas réussi à déterminer avec certitude pourquoi cet équipement majeur a fait défaut. D’autres réparations et des tests doivent être effectués d’ici la remise en service. Les usagers devront donc se croiser les doigts et espérer que la réparation tienne.


La STQ et la transparence

La Société des traversiers du Québec fait une interprétation restrictive de la loi sur l’accès aux documents des organismes publics. Par exemple, Enquête a tenté d’obtenir, sans succès, plusieurs documents concernant la construction du F.-A.-Gauthier en Italie. La STQ fait valoir que ces documents appartiennent en partie à Fincantieri, le chantier naval.

La STQ a eu recours à 16 articles différents de la loi d’accès aux documents pour justifier ses refus de transmettre des documents. L’un d’eux indique que la divulgation de l’information « pourrait porter atteinte à la sécurité de l’État ».

D’autres documents ont été lourdement caviardés avant d’être transmis à Enquête, dont un rapport-bilan de la construction du F.-A.-Gauthier. Les sections consacrées aux « leçons apprises » ont été presque entièrement retirées, ce qui représente près de 9 pages sur 13, dont la conclusion de ce bilan.

À voir

Regardez le reportage de l’émission Enquête sur le traversier F.-A.-Gauthier, disponible sur ICI Tou.tv (Nouvelle fenêtre).

Retrouvez tous les reportages de l'émission Enquête

Transports

Société