•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « points chauds » retarderont les travaux de Trans Mountain, dit un rapport

Des tuyaux sur un chantier de Trans Mountain à Edson, en Alberta.

Le groupe environnemental Stand.earth était à Vancouver pour présenter les conclusions du rapport.

Photo : Radio-Canada / Terry Reith

Radio-Canada

L’extension du pipeline Trans Mountain entre l'Alberta et la Colombie-Britannique sera retardée par des audiences sur les itinéraires, des permis provinciaux en instance et des contestations judiciaires par des tribunaux autochtones, selon un rapport (Nouvelle fenêtre) (en anglais) du groupe environnemental Stand.earth.

La Régie de l'énergie du Canada, anciennement l'Office national de l'énergie, a annulé les approbations d'itinéraires antérieures à juillet et exigé de la compagnie Trans Mountain qu'elle dépose de nouveaux avis concernant l'itinéraire proposé.

Les habitants, les municipalités et les groupes autochtones peuvent ensuite déposer des déclarations d'opposition et l'autorité de régulation de l'énergie décidera segment par segment de l'opportunité de tenir des audiences détaillées sur l'itinéraire.

Carte montrant le tracé entre Edmonton et Burnaby.

Tracé du projet d'expansion de l'oléoduc TransMountain

Photo : Radio-Canada

Le rapport indique que des déclarations d'opposition ont été déposées dans tous les segments principaux. Des auditions seront probablement envisagées pour la traversée du fleuve Fraser, le tunnel de Burnaby et les zones où les écoles, les habitations et les sources d'approvisionnement en eau des municipalités pourraient être touchées par l'expansion du pipeline.

Stand.earth indique que le projet nécessite environ 1200 permis de la Colombie-Britannique. Des groupes autochtones ont également été autorisés à contester l’approbation du gouvernement fédéral de l’expansion devant la Cour d’appel fédérale.

La compagnie Trans Mountain a indiqué qu'elle procédait aux travaux progressivement, en commençant la construction là où elle avait reçu les permis. Elle a commencé à travailler sur ses terminaux à Burnaby et le fera bientôt dans la région d'Edmonton.

Avec les informations de Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière