•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti conservateur promet de réintégrer Davie dans la Stratégie maritime

L'entrée du chantier Davie

Photo : Radio-Canada / Cimon Leblanc

Hadi Hassin

Le Parti conservateur du Canada (PCC) change de cap et s’engage maintenant à poursuivre la démarche des libéraux en réintégrant Chantier Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale.

Ce changement de discours survient peu de temps après une sortie du syndicat, du maire de Lévis et de l’Association des fournisseurs, qui ont réclamé des engagements de la part des partis dans le dossier de Chantier Davie.

Notre gouvernement conservateur s’engage non seulement à respecter le processus pour intégrer un troisième chantier dans la Stratégie navale nationale, mais aussi à octroyer l’Obélix à [Davie], a affirmé Steven Blaney, député sortant de la circonscription de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis et candidat conservateur.

Il ne me fait aucun doute que [Chantier] Davie est le mieux placé pour se qualifier dans un processus ouvert et transparent.

Steven Blaney, député sortant de Bellechasse—Les Etchemins—Lévis

La présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras, n’a pas tardé à réagir à la sortie des conservateurs, qu’elle qualifie d’improvisée. Avouer qu’ils vont changer leur stratégie, c’est avouer leur propre erreur. […] On est heureux, mais en même temps, les dangers d’une campagne électorale, c’est qu’il se dit n’importe quoi, a-t-elle dit.

Un peu plus tôt, le maire Gilles Lehouillier a réclamé que la position du constructeur dans le secteur de la construction navale soit réaffirmée. On demande aux partis politiques de se compromettre le plus rapidement possible et avec un échéancier, a-t-il affirmé.

Il jugeait que l'engagement du PCC d'attribuer le contrat pour la construction du ravitailleur Obélix était insuffisant.

Une grue surplombe un bateau en construction.

Une partie des installations de Chantier Davie, à Lévis, au Québec

Photo : Radio-Canada / Jacques Boissinot

Un autre chantier dans la course

Pour ce qui est du Parti libéral de Justin Trudeau, Ottawa a annoncé en mai son intention d'ajouter un troisième partenaire à sa Stratégie nationale de construction navale. Un contrat qui semblait destiné à Chantier Davie.

Toutefois, un autre joueur s'est invité dans la course à l'appel d'offres. Heddle Marine, un chantier de l'Ontario, a depuis déposé une plainte au Tribunal canadien du commerce extérieur, accusant le gouvernement de vouloir favoriser injustement Chantier Davie en lui accordant des contrats sans concurrence.

C’est un petit chantier, qui n’a pas les installations, qui n’a pas les expertises, qui n’a pas les capacités pour faire la construction. Ils sont dans la réparation de petits navires, a soutenu la présidente du CSN, Ann Gingras.

La stratégie ne fonctionne pas […] Il y a un retard lamentable dans tous les navires qui sont en construction actuellement. La seule option est d’introduire un troisième chantier. Il va de soi que c’est la Davie, qui détient 50 % de capacité de production au pays.

Ann Gingras, présidente du CSN

En 2011, le chantier situé à Lévis se retrouvait écarté des contrats de navires fédéraux de 33 milliards. Une erreur que Mme Gingras qualifie d'historique et qu’elle craint de voir se répéter si le Parti conservateur du Canada entre au pouvoir.

Par ailleurs, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, s’est aussi exprimé mercredi matin sur le dossier, déplorant que les chantiers Seaspan's Vancouver Shipyards et Irving Shipbuilding d'Halifax ont accaparé jusqu'ici une très large majorité des contrats.

C'est un manque de respect pour le plus ancien, le plus compétent et le plus important chantier maritime au Canada, a-t-il dit.

Répondre aux inquiétudes

Le président de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie, André Komlosy, a invité les candidats des partis à se préparer à répondre aux inquiétudes des électeurs et des travailleurs concernés.

L’impact du chantier est provincial au Québec. […] Dans les treize régions administratives, on compte 839 entreprises membres qui recevront dans les quatre prochaines semaines la visite des candidats de tous les partis politiques. Préparez-vous à ce que l’on puisse vous questionner.

Nous voulons faire de la Davie, dans la grande région de Québec, l’équivalent de ce qu’est l’aéronautique à Montréal, ajoute le maire Gilles Lehouillier avec une pointe d'optimisme.

Notre dossier Élections Canada 2019

Québec

Politique fédérale