•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La popularité grandissante des balados d'humour

4 humoristes discutant autour d'une table avec des micros.

Le balado « On jase de rien » a été présenté lors de la première édition du festival RIEN à Caraquet en septembre 2018.

Photo : YouTube : Festival RIEN

Camille Bourdeau

Deux balados humoristiques vont être enregistrés devant public à Caraquet cette semaine dans le cadre du festival d’humour RIEN. Leurs animateurs nous parlent de cet engouement pour les balados dans le monde de l’humour. 

Depuis quelques années, des humoristes ont adopté un nouveau média pour atteindre le public. La popularité des balados d’humour ne se dément pas; on n’a qu’à penser à l’émission Sous écoute de Mike Ward, qui récolte des centaines de milliers de visionnements sur YouTube, sans compter les milliers de téléchargements sur les plateformes d’écoute. 

Inspirés par cette tendance, les organisateurs du festival RIEN enregistreront deux balados devant public. 

On jase de rien, animé par Pierre-Michel Morais-Godin propose des discussions avec les invités du festival, qui abordent des sujets dont ont ne parle pas suffisamment. 

J’ai déjà, est un balado bien connu du Québécois Ben Lefebvre, qui se moque des anecdotes de son public et de ses invités.

Une nouvelle vitrine

Le balado est une façon moderne de se faire découvrir. Nécessitant peu de moyens techniques, il permet aux humoristes de la relève de rejoindre un public plus rapidement par le biais du numérique. 

Beaucoup de ces humoristes-là ne font pas partie du grand circuit qu’on voit à la télévision et ça leur permet de rejoindre plus de monde [...]. Ça peut amener de nouvelles personnes dans une salle de spectacle.

Pierre-Michel Morais-Godin, membre du comité organisateur du festival RIEN

L’humoriste Ben Lefebvre soutient qu’il est difficile d’en tirer un profit, mais qu’il s’agit d’un outil efficace pour développer son public.

Ben Lefebvre un micro à la main sur scène.

L'humoriste Ben Lefebvre s'est inspiré de son concept de spectacles pour créer le balado « J'ai déjà », qui consiste à s'amuser avec les anecdotes du public et des invités.

Photo : Facebook : Ben Lefebvre

La retombée économique la plus immédiate, c’est la notoriété que ça nous donne quand on va faire des spectacles. C’est une retombée indirecte parce que les gens viennent nous voir parce qu’ils ont vu notre balado.

Ben Lefebvre, humoriste et animateur d’un balado d’humour

Comment choisir le balado?

Pierre-Michel Morais-Godin est un grand consommateur de balados d'humour. Selon lui, il suffit d'en écouter un pour en découvrir d'autres.

Selon les invités, on va souvent découvrir un autre [balado] parce que les gens s’invitent entre eux et parlent de leurs projets et on finit par en découvrir de plus en plus

Pierre-Michel Morais-Godin, membre du comité organisateur du festival RIEN
Pierre-Michel Morais-Godin portant une casquette à l'effigie du festival rien, un micro devant la bouche.

Pierre-Michel Morais-Godin est un grand consommateur de balados d'humour. Il aime découvrir du nouveau contenu par l'entremise des balados qu'il écoute.

Photo : Photo : Ísjaki Studio

Il dit avoir découvert le balado d’anecdotes grinçantes Ars Moriendi, produit par la radio de l’UQAM, par l’entremise d’un autre balado.

C’est un peu comme un rabbit hole...Un coup que tu embarques dedans, tu commences à découvrir de nouvelles choses

Pierre-Michel Morais-Godin, membre du comité organisateur du festival RIEN

Liberté et solidarité

L’attrait pour les balados est lié, entre autres, à la liberté qu’ils procurent.

Liberté de contenu, de structure, mais aussi de diffusion, puisque  le web n’est pas soumis aux mêmes réglementations que les médias traditionnels comme la télé.

On n’a pas de comptes à rendre à personne, explique Ben Lefebvre. On dit ce qu’on veut sans retenue.

Ben Lefebvre sur scène alors qu'il enregistre son balado, un papier à la main sur lequel est inscrit une confidence.

Ben Lefebvre se réjouit de l'entraide entre les humoristes qui produisent des balados. Selon lui, cet esprit de solidarité est profitable tant pour les petits que les grands joueurs.

Photo : YouTube : Podcast J'ai Déjà

L’humoriste souligne également l’esprit de solidarité entre les humoristes, qui n’hésitent pas à s’inviter mutuellement et à s’entraider sur le plan de la production. 

« Ça m’étonnerait que dans le monde de la télé, les gens de V Télé  se rendent à TVA pour monter Occupation double lorsqu’ils ont des difficultés techniques », lance-t-il à la blague.

Selon lui, les balados vont être de plus en plus nombreux, compte tenu de la nature de leur production.

Le balado, c’est de l’autoproduction. Tu n’as pas besoin d’un producteur : tu t’achètes un micro et une caméra sur Amazon et ton projet est lancé.

Ben Lefebvre, humoriste et animateur d'un balado humoristique

Le festival RIEN est présenté du 11 au 15 septembre 2019 à Caraquet.

Nouveau-Brunswick

Humour