•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

18 ans après, l'Amérique rend hommage aux victimes du 11 Septembre

Des gens se recueillent lors d'une cérémonie marquant le 18e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.

Une cérémonie marquant le 18e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 au mémorial national du 11 septembre, à New York.

Photo : Associated Press / Mark Lennihan

Agence France-Presse

Les New-Yorkais ont rendu hommage mercredi aux victimes des attentats du 11 Septembre, pour un 18e anniversaire marqué par la volonté de s'assurer que les jeunes n'oublieront jamais l'attentat le plus sanglant de l'Histoire.

Sous le soleil – comme il y a 18 ans –, des élus et ex-élus de New York ainsi qu'une foule de proches des victimes se sont rassemblés sur le site des tours jumelles du World Trade Center. Le lieu est devenu un mémorial en hommage aux près de 3000 personnes tuées et 6000 autres blessées dans les attaques, menées par un commando djihadiste, qui allaient transformer les États-Unis et le monde entier.

Connie Dray tient une photo de sa cousine Mary Lou Hague, morte lors des attaques du World Trade Center du 11 septembre 2001.

Connie Dray tient une photo de sa cousine Mary Lou Hague, morte lors des attaques du World Trade Center du 11 septembre 2001.

Photo : Associated Press / Craig Ruttle

La foule, réunie sur l'esplanade devant le musée consacré aux attentats à la pointe de Manhattan, a marqué une minute de silence aux heures exactes – 8 h 46 et 9 h 03, en pleine heure de pointe – auxquelles les avions détournés sont venus successivement frapper les tours jumelles. Celles-ci se sont vite transformées en brasier avant de s'effondrer, ne laissant aucune chance à de nombreuses personnes employées dans ces gratte-ciel de plus de 100 étages.

Au premier rang des responsables de cette cérémonie – où la politique est généralement soigneusement évitée – figuraient le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, le maire actuel de la capitale financière américaine, et ses prédécesseurs : le démocrate Bill de Blasio; Rudy Giuliani, maire au moment des attentats (ce qui lui a valu un temps le surnom de « maire de l'Amérique »); et Michael Bloomberg, qui a présidé au chantier de reconstruction de ce quartier de Manhattan complètement transformé par l'événement.

Un garçon montre une photo d'une victime des attentats du 11 septembre 2001 lors de la lecture du nom des victimes lors d'une cérémonie commémorative à New York.

Un garçon montre une photo d'une victime des attentats du 11 septembre 2001 lors de la lecture du nom des victimes lors d'une cérémonie commémorative à New York.

Photo : Reuters / Brendan McDermid

Comme chaque année, la foule a écouté des proches des victimes égrener les noms des personnes tuées le jour des attentats et dire quelques mots en leur honneur, un rituel qui devait durer environ quatre heures.

Nous vous aimons; vous nous manquez et vous serez toujours les héros de l'Amérique, a notamment déclaré une femme qui a perdu un frère et un cousin dans les attentats.

Dans le reste de cette ville de plus de huit millions d'habitants, la plupart des gens travaillaient comme d'habitude, observant néanmoins des moments de silence en mémoire des victimes.

À la veille de ce 18e anniversaire, le gouverneur Cuomo a signé une loi obligeant les écoles publiques à marquer les événements par une minute de silence.

En instaurant cette journée annuelle du souvenir et un bref moment de silence dans les écoles publiques, nous contribuons à assurer que nous n'oublierons jamais – non seulement la douleur de ce moment, mais aussi le courage, le sacrifice et les expressions d'amour qui ont guidé notre réponse 

Andrew Cuomo, gouverneur de New York
Des pompiers sont au garde-à-vous lors du 18e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, dans le Bas Manhattan à New York.

Des pompiers sont au garde-à-vous lors du 18e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, dans le Bas Manhattan à New York.

Photo : Reuters / Shannon Stapleton

Au-delà des quelque 3000 personnes tuées et de plus de 6000 personnes blessées dans l'effondrement du World Trade Center, New York compte désormais plusieurs dizaines de milliers de gens – surtout des ex-pompiers, des urgentistes et des secouristes – atteints de cancers (notamment du poumon) et d'autres maladies graves liées au nuage toxique qui a plané des semaines durant sur le sud de Manhattan après les attentats.

Le président Donald Trump, qui a vécu toute sa vie à New York jusqu'à son arrivée à la Maison-Blanche, en 2017, devait prononcer un discours depuis le Pentagone vers 9 h 30 locales.

Au total, quatre avions ont été détournés par des djihadistes affiliés à Al-Qaïda ce jour-là. Outre les deux qui ont frappé le World Trade Center, un troisième a visé le Pentagone et un quatrième, celui du vol 93, s'est écrasé dans un champ de Shanksville, en Pennsylvanie.

Terrorisme

International