•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus d’élèves à Surrey et pas assez d’écoles

Des salles de classe mobiles alignées dans une cour d'école.

Vingt-huit salles de classe mobiles ont été ajoutées cette année dans les écoles de Surrey pour atteindre un total de 361.

Photo : Jon Hernandez/CBC

Saïda Ouchaou

Dix pour cent des élèves de Surrey se retrouvent dans des salles de classe mobiles cette année, et ce, malgré la promesse électorale du premier ministre, John Horgan, d’en limiter l’usage.

Avec 1000 à 1200 nouveaux inscrits chaque année à l’école, de nombreux parents affirment que le problème est devenu ingérable.

Karen Tan, mère de deux enfants, fait partie du groupe Surrey Schools Coalition, la coalition des écoles de Surrey. Elle milite depuis huit ans pour des fonds d’immobilisation afin d’ajouter des places dans les écoles.

Chaque fois que des dépenses sont faites pour acheter ou déplacer des salles de classe mobiles, c’est de l’argent qui échappe à l’enseignement dans les écoles.

Karen Tan, Surrey Schools Coalition

Selon le ministre de l’Éducation, Rob Fleming, c’est à partir de l’automne 2020 que le problème du nombre de salles de classe mobiles à Surrey commencera à se résorber.

Les nombreux chantiers de construction approuvés seront terminés d’ici le mois de septembre 2021.

Rob Fleming, ministre de l'Éducation

Douze projets d’immobilisation sont en construction ou en cours de planification dans la ville. 

Le porte-parole de la Commission scolaire de Surrey, Doug Strachan, précise que la hausse des inscriptions d’élèves est concentrée principalement dans trois régions : Grandview Heights dans le sud de la ville, la zone sud du quartier Newton et la région de Clayton Heights.

De plus en plus d’élèves

Selon le président du Syndicat des enseignants de Surrey, Matt Westphal, le problème de la croissance de la population étudiante, estimée à 74 000 élèves par la commission scolaire, dépasse les salles de classe mobiles et s’étend à l’ensemble du système scolaire.

Les salles de musique, les gymnases, les bibliothèques et les laboratoires informatiques ont tous été convertis en salles de classe dans certaines écoles de Surrey.

Les agrandissements et les nouvelles écoles permettront d’ajouter 4500 places supplémentaires en 2021.

Cela amène Matt Westphal à affirmer que le problème des salles de classe mobiles sera encore présent pendant bon nombre d'années.

Rien que pour suivre le rythme de croissance du nombre d'élèves, il nous faudrait construire une nouvelle école primaire chaque année et une nouvelle école secondaire tous les deux ou trois ans.

Matt Westphal , président, Syndicat des enseignants de Surrey

Une meilleure collaboration

La Commission scolaire de Surrey rappelle que, au cours des 10 dernières années, à plusieurs occasions, aucun nouveau financement de projets d’immobilisation n’avait été octroyé pour construire de nouvelles écoles.

Son porte-parole, Doug Strachan, souligne que, depuis les deux dernières années, le gouvernement actuel a consacré un montant considérable à des projets d’écoles. Il ajoute que la construction est un processus qui prend du temps.

Pour soutenir la construction d’écoles le plus rapidement possible et enfin endiguer le problème de places dans les écoles, un bureau des projets d’immobilisation a été créé en 2017 au sein de la commission scolaire. 

Le bureau réunit les principaux partenaires dans le domaine, dont la Ville de Surrey et le ministère de l’Éducation.

Le directeur général de l’urbanisme à la Ville de Surrey, Jean Lamontagne, croit que cette collaboration est un gage de succès pour répondre aux besoins.

Il a fallu expliquer les processus suivis par la Ville pour arriver à obtenir les permis de construction du ministre.

Jean Lamontagne, directeur général de l’urbanisme, Ville de Surrey

Jean Lamontagne mentionne le besoin d’un financement de la phase de planification pour que certaines activités menant à la construction soient remplies le plus tôt possible dans le processus.

Selon lui, le ministre de l’Éducation a compris l’importance d’une telle mesure pour accélérer l’ajout de places dans les écoles. 

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation