•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des classes de 40 élèves dans une école de Toronto

Des pupitres dans une classe d'école vide.

Le Conseil scolaire TDSB promet des ajustements au cours des prochaines semaines.

Photo : iStock

Radio-Canada

Certaines classes à l'école secondaire Northern à Toronto comptent pas moins de 40 élèves, mais le directeur de l'institution publique anglaise assure que la situation est temporaire.

Dans une lettre envoyée aux parents, Adam Marshall, le directeur de l'école appartenant au Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB), explique que les choses devraient se « normaliser » au cours des prochaines semaines.

Au cours de la première semaine de cours, il y a eu quelques cas isolés de classes comptant 40 élèves ou plus, dit-il. Sachez que ça va changer au cours des prochaines semaines pour respecter [les directives du ministère de l'Éducation].

Selon la réglementation provinciale sur la taille des classes, les groupes de la 9e à la 12e année ne devraient pas compter plus de 22,5 élèves cette année, soit 0,5 élève de plus en moyenne qu'à la dernière rentrée.

Toutefois, il s'agit là d'une moyenne maximale par conseil scolaire. Certaines classes peuvent donc avoir plus de 22 élèves.

Le plan du gouvernement de Doug Ford est de faire augmenter ce ratio à 28 élèves par classe en moyenne, en ne remplaçant pas les enseignants qui prennent leur retraite, notamment.

Le porte-parole du Conseil public anglais, Ryan Bird, affirme qu'il est trop tôt pour attribuer la hausse du nombre d'élèves par classe dans certaines écoles aux compressions provinciales.

Il ajoute que TDSB, le plus gros conseil scolaire au pays, a une réserve de 80 enseignants du secondaire qui seront « déployés » au cours des prochaines semaines là où les besoins sont les plus grands.

Des élèves debout, sans pupitre

La Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO) soutient, au contraire, que l'école Northern est loin d'être une exception.

Le syndicat montre les coupes du gouvernement Ford du doigt.

On entend parler de classes un peu partout dans la province qui débordent d'élèves, affirme le président de la FEESO, Harvey Bischof. On ne peut pas s'attendre à ce que ces élèves reçoivent le suivi professionnel dont ils ont besoin.

Il affirme qu'il n'a jamais rien vu de tel.

Par le passé, lorsque les classes débordaient, les conseil scolaires avaient de l'argent pour embaucher plus de personnel (...). Cette année, le gouvernement provincial leur a dit qu'il n'y aurait pas de personnel supplémentaire pour améliorer la situation, remarque-t-il.

Tout comme les autres syndicats d'enseignants en Ontario, la FEESO négocie actuellement le renouvellement des conventions collectives de ses membres avec les conseils scolaires et la province.

Pour sa part, Alexandra Adamo, l'attachée de presse du ministre de l'Éducation Stephen Lecce, dit qu'il revient aux conseils scolaires de faire les ajustements nécessaires.

Les conseils scolaires doivent planifier et coordonner l'organisation des classes selon la réglementation provinciale sur la taille des classes et les dispositions à ce sujet dans les conventions collectives, explique-t-elle.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Éducation