•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Société de développement économique du Grand Sudbury : son avenir demeure flou

Plusieurs personnes assises en cercle devant des tables

La majorité des élus du Grand Sudbury ont voté en faveur de reporter encore une fois le débat sur la réforme de la Société de développement économique.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

Pour la deuxième fois, le maire du Grand Sudbury a fait reporter mardi soir le débat sur sa motion controversée de réforme de la Société de développement économique. Brian Bigger dit vouloir évaluer les récents engagements de l’entité à améliorer son mode de fonctionnement.

Après un résultat de sept votes contre quatre, le débat a été reporté au 26 novembre.

En réponse aux recommandations d’un consultant, la Société de développement économique du Grand Sudbury (SDEGS) s’est récemment engagée à mettre en œuvre une série de nouvelles mesures visant à améliorer sa visibilité et ses communications avec le conseil municipal. L’entité entend notamment rendre compte de ses activités aux élus après chaque réunion et diffuser les procès-verbaux de ses rencontres sur le site web de la Ville.

Pour justifier sa demande, le maire Bigger a indiqué qu’il a récemment eu « l’occasion d’avoir des rencontres productives avec la nouvelle présidente de la SDEGS [Andrée Lacroix] ».

Le conseil municipal et la Société de développement économique du Grand Sudbury travaillons tous ensemble dans l’intérêt de la ville du Grand Sudbury et je veux que cela demeure. De nouvelles propositions ont été faites et il semble qu’elle veuille mieux répondre aux attentes du conseil, affirme-t-il.

Le maire de Sudbury dans la hall de l’hôtel de ville.

Brian Bigger est le premier maire à obtenir un second mandat depuis la fusion de la Ville du Grand Sudbury en 2001.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Le débat sur la motion du maire Bigger devait initialement se tenir en juin, mais il avait demandé un report au 10 septembre pour permettre aux fonctionnaires municipaux de préparer un rapport expliquant les détails de la réforme. 

Le rapport indique que la SDEGS pourrait être remplacée par un comité de développement économique formé exclusivement d’élus municipaux.

La nouvelle structure serait assortie d’un cabinet spécial formé de dirigeants d’entreprises et de chefs de file de la communauté qui conseilleraient les élus. 

Le maire estime que le nouveau modèle créerait davantage de transparence et que seuls les élus disposent de la légitimité de guider l’avenir économique de la Ville, une vision décriée par des experts en gouvernance publique et en gestion.

Des appels à un recul

Au cours de la réunion, quatre conseillers municipaux ont demandé au maire de simplement retirer sa motion.

Cette question devrait être complètement retirée parce qu’il est injuste d’imposer une telle situation à la Société de développement économique du Grand Sudbury. Si vous changez d’idée plus tard, vous pouvez toujours refaire votre proposition à ce moment, a dit le conseiller Bill Leduc au maire.

Même son de cloche pour le conseiller Gerry Montpellier. 

J’aurais aussi aimé que vous mettiez fin à cette motion. Cette situation a l’air d’une guillotine qui plane, on est dans l’inconnu. Si vous trouvez que les choses ne vont pas bien, vous pourrez toujours refaire la proposition.

Le conseiller Gerry Montpellier au maire Brian Bigger

Mais le maire persiste.

Je crois qu’il y a assez de temps pour continuer nos échanges. Je m’attends à ce qu’on puisse conclure une entente entre le conseil et la SDEGS d’ici le 26 novembre, soutient-il.

La Société reste optimiste

Au début de la réunion de mardi soir, la présidente de la SDEGS a présenté un survol du rôle, des domaines d’intervention et des accomplissements de l’entité.

J’aurais préféré que la motion soit retirée mais je suis encouragée par le fait que [le débat] ait été [reporté] et que le maire reconnaisse que nous avons fait des efforts pour essayer de répondre aux inquiétudes quant à la communication, déclare Andrée Lacroix.

Un femme qui porte un collier et une veste noire

L'avocate de profession Andrée Lacroix est la présidente de la Société de développement économique du Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

J’espère que nous allons arriver à une nouvelle entente pour faire en sorte que la relation entre le conseil municipal et le conseil d’administration [de la SDEGS] soit beaucoup plus proche.

Andrée Lacroix, présidente de la Société de développement économique du Grand Sudbury

La Société de développement économique du Grand Sudbury avait promis de formaliser ses nouveaux engagements cet automne, mais, étant donné le nouveau report du débat sur la motion du maire Bigger, Mme Lacroix estime que si [la SEDGS] n’a pas le temps [de les mettre en œuvre d’ici la fin de l’automne], le maire et le conseil municipal seraient ouverts à un prolongement pourvu que les discussions avancent.

Nord de l'Ontario

Politique municipale