•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévention du suicide : des besoins en constante augmentation en Estrie

Un adolescent est assis sur le sol dans la pénombre dans un corridor.

Les besoins pour la prévention du suicide sont en augmentation constante en Estrie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Alors qu’avait lieu, mardi, la 17e Journée mondiale pour la prévention du suicide, les besoins sont en augmentation constante en Estrie, d’après le Centre de prévention du suicide JEVI.

Selon l’organisme sherbrookois, le nombre d’interventions en matière de prévention du suicide a bondi au cours des dernières années dans la région.

Le nombre total des interventions, par téléphone et en personne, s’élevaient à 19 380 pour l’année 2018-2019, selon leurs chiffres. C’est environ 3 000 de plus que l’année précédente et presque deux fois plus qu’il y a trois ans.

Une hausse alarmante qui pousse l’organisation à réclamer, depuis 20 ans, un centre de crise pour venir en aide à sa clientèle. Un vœu qui n’a jamais été exaucé, selon les responsables de l’organisme.

JEVI se présente comme un lieu qui permet aux personnes en détresse psychologique d’être dans un milieu sécurisé qui offre des interventions réalisées par des professionnels. Ça leur permet de travailler sur eux pour éventuellement retourner à la maison avec plus d’outils que lorsqu’ils sont rentrés, explique Tania Boilard, directrice générale de l’organisme.

Du côté du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on admet que l’offre de services doit être bonifiée. Mais ses représentants ne sont pas convaincus de la nécessité d’un lieu physique pour accueillir les gens en détresse.

Les autorités seraient plutôt à la recherche d’un modèle qui permettrait de mieux répondre à la demande, comme dépêcher une personne-ressource là où se trouve l’individu en crise.

Il faut évaluer ce qui n’est pas répondu actuellement, malgré les services diversifiés que le CIUSSS offre à l’ensemble de la population. Et de là, on regardera [ce qu’on doit faire]. Est-ce qu’il s’agit de bonifier ou de modifier l’offre de service actuelle? Ou bien mettre en place un centre de crise sous une forme X? Ce sont les travaux que nous allons faire dans le courant des prochaines semaines, assure Line Cardinal, directrice des services généraux pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Quelques chiffres

  • Au Québec, chaque jour, trois personnes s’enlèvent la vie, d’après les chiffres de l’Association québécoise de prévention du suicide.
  • Le taux de mortalité par suicide était de 13,2 pour 100 000 habitants pour l’année 2015 dans la province. C’est l’un des taux les plus élevés dans les pays de l’OCDE. Le Québec se situe juste derrière le États-Unis (13,8 pour 100 000 habitants) et le Japon (16,6 pour 100 000 habitants).

Vous avez besoin d'aide? Contactez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Avec les informations de Brigitte Marcoux.

Estrie

Suicide