•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nombreuses attentes des élus de l'Est-du-Québec en vue des élections fédérales

La pointe d'un crayon près d'un x, tracé dans une des cases d'un bulletin de vote générique

Les maires et les préfets du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord font part de leurs attentes en vue des élections fédérales.

Photo : iStock

Marie-Christine Rioux

Les attentes sont nombreuses dans l'Est-du-Québec à l'aube du déclenchement de la campagne électorale fédérale, notamment en ce qui a trait aux infrastructures, à l'assurance-emploi, à la rareté de la main-d'œuvre et à la décentralisation de la fonction publique fédérale. Le premier ministre Justin Trudeau doit se rendre chez la gouverneure générale mercredi pour lancer la campagne.

Les élus de l'Est-du-Québec ont été nombreux à souligner les besoins en matière d'infrastructures.

Nos attentes vont porter d'abord sur les investissements requis du gouvernement fédéral dans les infrastructures qui lui appartiennent, comme les quais et les phares.

Daniel Côté, maire de Gaspé et préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé

Le maire de Gaspé et préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé, Daniel Côté, donne comme exemple le phare de Cap-des-Rosiers et le quai de L'Anse-à-Valleau qui nécessitent d'importants travaux de réfection.

Le phare de Cap-des-Rosiers

Le phare de Cap-des-Rosiers nécessite des travaux majeurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le maire de Rimouski, Marc Parent, souhaite ardemment que le Programme fédéral en matière d'infrastructures soit maintenu. Il espère aussi que cet argent-là puisse être versé directement à la Ville de Rimouski lorsqu'il y a des projets plutôt que de devoir passer par la province, ce qui augmente substantiellement les délais et dans bien des cas, résulte en des dépassements de coûts.

M. Parent espère que les projets de stade de soccer couvert à Rimouski et de rénovation du Théâtre du Bic reçoivent l'aide du gouvernement fédéral.

Le Théâtre du Bic

Le bâtiment du Théâtre du Bic nécessite des travaux rapidement.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

De son côté, le maire de Saint-Cyprien et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, souligne l'importance de voir des investissements dans l'amélioration de la couverture d'Internet haute vitesse et de téléphonie cellulaire dans l'Est-du-Québec.

L'Internet haute vitesse, aujourd'hui, comme la téléphonie cellulaire, c'est un service essentiel. C'est comme l'électricité, dans les années 1950.

Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup
Le quai de Baie-Comeau.

Une entente de principe a été conclue entre le gouvernement fédéral et la Ville de Baie-Comeau pour la cession du port. Cette entente doit maintenant être concrétisée, selon le maire, Yves Montigny.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Sur la Côte-Nord, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, aimerait voir l'entente de principe sur la cession du port de Baie-Comeau du gouvernement fédéral à la Ville être concrétisée rapidement après le scrutin du 21 octobre.

Décentralisation de la fonction publique fédérale

Les maires de Rimouski et de Gaspé ainsi que le préfet de la MRC de Bonaventure, Éric Dubé, ont tous trois souligné l'importance d'augmenter le nombre d'employés dans les bureaux régionaux de la fonction publique fédérale.

On demande qu'il y ait une décentralisation des fonctionnaires et qu'il y en ait un peu partout dans la région.

Éric Dubé, préfet de la MRC de Bonaventure

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, ne demande pas nécessairement que de nouveaux bureaux soient ouverts en Gaspésie, mais que ceux qui existent déjà soient regarnis.

Gros plan de mains d'une femme prenant des notes.

15 des 42 fonctionnaires bénéficiant de ce programme sont Inuits, selon le gouvernement du Nunavut.

Photo : Radio-Canada

Dans les années de 2007 à 2014-2015, on avait répertorié plus de 75 coupures d'emplois, seulement à Gaspé, dans la fonction publique fédérale. Pendant le même temps, on voyait la fonction publique augmenter à Gatineau ou à Ottawa. [...] 70-75 emplois de la fonction publique à Gaspé, c'est comme si une grosse usine avait fermé, se remémore-t-il.

Désenclavement de la Côte-Nord

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et le maire de Sept-Îles et préfet de la MRC de Sept-Rivières, Réjean Porlier, estime qu'il est primordial que des actions soient posées de la part des élus fédéraux pour désenclaver la Côte-Nord.

Un panneau indique la fin de la route 138, à Kegaska.

La route 138 s'arrête à Kegaska.

Photo : Radio-Canada

Les deux magistrats souhaitent que la route 138 soit prolongée jusqu'à la Basse-Côte-Nord et qu'unpont soit construit sur la rivière Saguenay, pour relier Tadoussac à Baie-Sainte-Catherine.

La Côte-Nord, ça lui fait défaut de pouvoir enfin avoir une liberté de circulation d'un bout à l'autre de sa région comme les autres régions du Québec.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles et préfet de la MRC de Sept-Rivières

Yves Montigny mentionne également l'importance de développer le transport aérien en région.

Un avion d'Air Canada sur la piste d’atterrissage de l'aéroport de Baie-Comeau, le soir.

Selon le maire de Baie-Comeau, l'offre de transport aérien vers les régions éloignées devrait être bonifiée.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

C'est très peu, un vol par jour. Alors, pour être capable de développer davantage notre économie locale, ça va prendre des investissements importants au niveau des aéroports, mais aussi, pour générer de nouvelles liaisons de compagnies aériennes, affirme-t-il.

L'enjeu majeur, pour Baie-Comeau, c'est la mobilité, l'accès, le désenclavement.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Il ajoute qu'il attend impatiemment le dévoilement des positions des candidats sur la façon d'améliorer la mobilité sur la Côte-Nord.

Contrer la rareté de la main-d'œuvre

Les élus souhaitent que des engagements soient pris pour contrer la rareté de main-d'œuvre qui touche durement l'Est-du-Québec.

On a le plus bas taux de chômage qu'on a eu depuis, je pense, les 20 dernières années.

Éric Dubé, préfet de la MRC de Bonaventure

Le préfet de la MRC de Bonaventure estime que le gouvernement fédéral doit, entre autres, continuer à investir dans la formation pour s'assurer que la main-d'œuvre puisse répondre aux besoins des entreprises.

La main-d'oeuvre devient une denrée rare sur la Côte-Nord

La main-d'oeuvre devient une denrée rare sur la Côte-Nord.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, abonde dans le même sens, mais souligne aussi le déclin de la population sur la Côte-Nord.

Selon lui, l'immigration fait partie de la solution pour contrer le phénomène de rareté de la main-d'œuvre, mais aussi, l'amélioration des programmes offerts aux travailleurs autochtones.

Les Canadiens sont conviés aux urnes le 21 octobre. La campagne aura donc une durée de 40 jours.

Avec la collaboration de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale