•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bon deuxième, le NPD remporte 18 sièges aux élections générales

Wab Kinew parle avec les médias le 9 septembre. Il est vêtu d'un veston bleu sur une chemise blanche.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Wab Kinew, pendant la campagne électorale.

Photo : The Canadian Press / JOHN WOODS

Radio-Canada

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) arrive en deuxième position aux élections provinciales. Avec 18 sièges, le parti obtient de meilleurs résultats qu’en 2016, où 14 de ses députés avaient été élus.

Le NPD a gouverné le Manitoba pendant 17 ans, de 1999 à 2016, avant de perdre le pouvoir au profit des progressistes-conservateurs.

En 2016, le NPD est passé de 37 à 14 circonscriptions. Il en a cédé 21 aux progressistes-conservateurs et 2 au Parti libéral.

L'élection de 2016 avait considérablement modifié la carte politique du Manitoba. Des circonscriptions du nord de la province, qui avaient longuement été d'allégeance néo-démocrate, étaient passées au bleu et au rouge. Le sud du Manitoba était alors presque entièrement passé au bleu, à l'exception d'une grappe rouge et orange dans le centre de Winnipeg.

Mardi soir, le NPD est parvenu à récupérer d'anciens châteaux forts.

Wab Kinew salue une certaine victoire pour le parti

« Il nous faut être humbles dans la victoire comme dans la défaite, mais je ne pense pas qu’il s’agisse d’une défaite », a lancé le chef du NPD, Wab Kinew, dans son discours de reconnaissance de sa défaite.

Pour le chef de l’opposition, c’est une victoire, tout au moins pour le parti.

« Je pense que les électeurs ont envoyé un message très clair. Ils nous ont dit qu’ils ne veulent pas seulement que nous soyons la conscience du Manitoba, pas seulement l’opposition du Manitoba, mais la voix progressiste du Manitoba », a précisé M. Kinew.

Les premiers députés noirs au Manitoba

Outre les nouveaux sièges qu'il a gagnés, le NPD a marqué l’histoire, mardi soir, en ayant porté au Palais législatif les premiers députés noirs de l'histoire de la province.

Pour la première femme noire élue à Gare-Union, Uzoma Asagwara, c’est une fierté qu’elle veut utile.

« Je suis une infirmière psychiatrique diplômée et une spécialiste de la toxicomanie. Nous avons une approche compatissante et progressiste. Il s'agit d’établir des centres sécuritaires. Nous voulons chercher les problèmes en santé mentale à l'origine de la toxicomanie », promet-elle.

Uzoma Asagwara.

Uzoma Asagwara devient la première personne noie élue au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Erin Brohman

La circonscription de Saint-Vital, un gain pour le parti, sera aussi représentée par un représentant des minorités visibles en la personne de Jamie Moses.

Pour Nahanni Fontaine, réélue à St. Johns, ces élections ont permis des gains non négligeables.

« Nous avons mené une campagne progressiste et positive. Je suis fière de ce que nous avons fait. On a élu plus de femmes et les premiers députés noirs de notre histoire », se félicite-t-elle.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale