•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Equifax s’alarme du nombre de jeunes prêts à mentir sur leur demande de prêt hypothécaire

Plan serré de l'affiche d'une agence immobilière avec un bandeau où il est écrit vendue.

Un quart des personnes de 18 à 34 ans interrogés croient qu'un petit mensonge pour obtenir un prêt sera sans conséquence.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’entreprise de crédit Equifax a fait sonder 1545 Canadiens et a découvert que 23 % des 18-34 ans trouvent acceptable d’exagérer leur revenu annuel afin d'obtenir un prêt pour s'acheter un logement.

La directrice de l’aide aux consommateurs d’Equifax, Julie Kuzmic, s’en inquiète. Mentir sur son revenu lorsqu’on demande un prêt hypothécaire est une fraude, rappelle-t-elle. C’est aussi une pente dangereuse pour ceux qui se retrouvent à faire le grand écart pour rembourser leur emprunt.

Par ailleurs, 19 % des 18-34 ans reconnaissent avoir menti sur leur demande de prêt hypothécaire, et 23 % considèrent que cette fraude ne fera pas de victime.

Dans l’ensemble de l’échantillon, 12 % des personnes interrogées ont dit avoir modifié leurs revenus pour obtenir un prêt hypothécaire et 16 % pensent que cela ne portera pas à conséquence.

Or, affirme Julie Kuzmic, une personne qui ne parvient pas à rembourser un emprunt peut faire face à des poursuites judiciaires.

Enfin, Equifax a découvert que plus de la moitié des sondés ne vérifiaient pas leur cote de crédit avant de demander un prêt hypothécaire. Or, c’est sur la base de ce nombre et sur les revenus du candidat que le prêteur s’appuie pour accorder ou non un prêt.

Léger a mené un sondage pour le compte d’Equifax et a enquêté auprès de 1545 Canadiens à partir du panel en ligne LégerWeb. La date du sondage n’est pas indiquée et il est impossible de calculer une marge d'erreur sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier