•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral perd un siège, Dougald Lamont est réélu dans Saint-Boniface

Dougald Lamont chef du Parti libéral du Manitoba

Dougald Lamont, chef du Parti libéral du Manitoba, a été réélu.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Parti libéral arrive en troisième position et remporte 3 sièges aux élections provinciales, obtenant le même résultat qu’en 2016. Le chef du parti, Dougald Lamont, a été réélu dans Saint-Boniface.

Dougald Lamont, qui avait été élu pour la première fois en juillet 2018 lors d'une élection partielle, conserve ainsi son siège face aux candidates du NPD et du PC.

Jon Gerrard et Cindy Lamoureux sont également réélus dans River Heights et Tyndall Park.

Les libéraux cherchaient à conserver les 4 sièges qu'ils détenaient à la dissolution de la Chambre, un objectif qui leur a échappé mardi soir. Un parti doit élire au moins 4 députés pour obtenir un statut de parti officiel en Chambre, ce qui lui donne plus de ressources et un meilleur droit de parole.

« On peut être fiers de la campagne qu’on a menée et marcher la tête haute et être fiers de nous », a lancé Dougald Lamont à ses militants après la confirmation de sa réélection dans Saint-Boniface.

« Je pense qu'on a vraiment fait la preuve qu’on est un parti crédible, sérieux et on a vraiment changé de niveau. Il faut continuer de bâtir parce qu’il y a toute une série d’enjeux qui, si nous ne les avions pas abordés, personne ne l’aurait fait », a-t-il poursuivi.

« Nous sommes un parti qui écoute les gens qui ne sont pas entendus. Nous allons continuer de jouer ce rôle », a conclu Dougald Lamont.

« La percée ne vient jamais »

Pour l'analyste politique Roger Turenne, le parti n'est pas pris au sérieux, contrairement à ce qu'affirme Dougald Lamont. « Ce n'est pas le cas », déclare l'analyste.

« Ils ont moins de votes qu'à la dernière élection et ils viennent de perdre leur statut de parti [officiel en Chambre]. C'est pas un tremplin vers quelque chose de meilleur », ajoute-t-il.

Depuis 30 ans, les libéraux du Manitoba affirment qu'ils vont « faire une percée, mais la percée ne vient jamais », conclut Roger Turenne.

« Heureux de continuer à travailler avec lui »

L'ancien chef du Parti libéral du Manitoba et plus ancien député libéral au Manitoba, Jon Gerrard, se veut lui plus optimiste.

« Dougald Lamont est un bon chef, un bon leader. Je suis très heureux de continuer de travailler avec lui », a-t-il déclaré.

« Il y a beaucoup de choses à faire pour les individus, pour notre province, dans la santé, les changements climatiques… C’est très important d’être là pour contribuer à la législature », a-t-il ajouté.

« Il aura moins de voix »

Jules Rocque habite dans la circonscription de Dougald Lamont. S'il est « heureux » de la victoire du candidat libéral, il se dit tout de même déçu « dans la structure actuelle ». « Il aura moins de voix, moins d'occasions de questionner [à l'Assemblée législative] ».

« Je demeure confiant dans le fait qu'il est un bon représentant et il va continuer à parler au chef du NPD et au premier ministre », espère-t-il.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba

Manitoba

Politique provinciale