•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orignaux : le ministre invite la nation algonquine à collaborer avec les fonctionnaires

Pierre Dufour parle durant un point de presse.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Thomas Deshaies

Alors que des représentants anichinabés réclament une rencontre avec le ministre de la Faune, Pierre Dufour, celui-ci les redirige vers ses fonctionnaires. Il réitère toutefois son engagement à collaborer avec la nation algonquine pour assurer la protection des orignaux.

Des membres de la nation algonquine manifestent depuis dimanche dans la réserve faunique La Vérendrye parce qu'ils s'inquiètent d'un possible déclin de la population d'orignaux. La grande cheffe du Conseil tribal de la nation algonquine Anishnabeg, Verna Polson, a réclamé une rencontre avec le ministre, d'élus à élus, plutôt qu'avec des fonctionnaires.

Le ministre Pierre Dufour décline l'invitation. Même si demain matin je me rassoyais avec eux, je n'aurais pas d'autres éléments additionnels à discuter, parce que je n'ai pas encore eu les données statistiques ou quoi que ce soit qu'ils disaient qu'ils étaient en mesure de nous amener, explique-t-il.

Tu m'arrives le 16 août pour une prise de décision de moratoire alors qu'on n'a aucune donnée scientifique et statistique sur laquelle on peut s'appuyer, c'est impossible politiquement.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Le ministre s'estime dans l'impossibilité d'imposer un moratoire sur la chasse sportive, comme demandé par la nation, tant et aussi longtemps qu'on ne lui aura pas fourni des données « scientifiques et statistiques » qui prouvent leur déclin.

Il rappelle qu'il s'est engagé à faire un inventaire aérien de la population d'orignaux cet hiver, puisqu'il n'y aura plus de feuilles qui obstrueront la visibilité. Un exercice qui n'aurait par ailleurs pas été fait depuis 1994.

M. Dufour soutient également avoir rencontré à deux reprises, au mois d'août, des représentants de la nation algonquine. Je ne connais pas bien bien de dossier où le ministre est interpellé le 15 août, puis le 16 août il y a une rencontre. Parce que oui, je trouve que c'est important, s'exclame-t-il.

Il invite maintenant les leaders anichinabés à s'asseoir avec les fonctionnaires du ministère. S'il y a pas cela [volonté de s'asseoir avec les fonctionnaires], ça veut dire qu'il n'y a pas de volonté de discuter, c'est pas plus compliqué que cela, conclut-il.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale