•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier long métrage de Matthew Rankin est présenté au TIFF

Le portrait d'un homme en rouge sur un fond bleu.

Détail de l'affiche officielle du film « Le vingtième siècle » (« Twentieth ») écrit et dirigé par le cinéaste manitobain Matthew Rankin.

Photo : pixelleX communications

Radio-Canada

Le cinéaste winnipégois Matthew Rankin présente mardi, à minuit, son premier long métrage au Festival international du film de Toronto. Dans son oeuvre intitulée Le vingtième siècle (The Twentieth Century), l’artiste revisite à sa manière la personnalité de l’ancien premier ministre William Lyon Mackenzie King sur fond d’expérimentation visuelle.

Le film, qui sera projeté en première mondiale, est une adaptation personnelle des débuts en politique de celui qui a été trois fois premier ministre du Canada, totalisant 21 ans au pouvoir.

Le long métrage nous transporte à Toronto, en 1899, où le jeune Mackenzie King rêve de devenir premier ministre du Canada. Dans sa quête de pouvoir, il devra satisfaire les attentes de sa mère impérieuse, les fantasmes violents d’un gouverneur général belliqueux et l’idéalisme utopique d’un Québécois mystique.

En plongeant le spectateur dans un univers très particulier, le film se veut également un hommage à la comédie loufoque, un sous-genre de la comédie hollywoodienne. Matthew Rankin évoque parmi ses inspirations un autre cinéaste winnipégois connu pour ses expérimentations, Guy Maddin.

Je retiens de son travail comment travailler à un niveau totalement épique avec un budget de Dollarama, explique Matthew Rankin.

Le film est entièrement tourné en studio avec un aspect artificiel complètement assumé que le cinéaste exploite à fond, dans les costumes, les décors ou le jeu très théâtral des acteurs.

Le constat est de peut-être concevoir le Canada comme une idée qui est artificielle, et c’est ça, le sujet de cette satire, explique le cinéaste, qui a mélangé le cinéma traditionnel avec des séquences d’animation.

Pour incarner l'ancien premier ministre du Canada, Matthew Rankin s'est inspiré du journal intime de Makenzie King.

Le film met notamment en vedette Dan Beirne, Sarianne Cormier, Catherine St-Laurent, Mikhaïl Ahooja, Seán Cullen et Brent Skagford.

Le 44e Festival international du film de Toronto se poursuit jusqu’au 16 septembre.

Manitoba

Cinéma