•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle étape franchie dans l'embellissement du parc Bérard à Val-d'Or

Un orignal composé de panneaux de bois peints dans la tradition de l'art autochtone.

Cette oeuvre représentant un orignal orne le parc Bérard.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Annie-Claude Luneau

Le projet d'embellissement du parc Bérard à Val-d'Or franchit une nouvelle étape, avec le dévoilement mardi matin d'une oeuvre éphémère.

Il s'agit d'un orignal grandeur nature qu'ont réalisé quatre artistes de la région, soit Andréane Boulanger, Jason Kakekayash, Claudette Happyjack et Pascale-Josée Binette.

Plus de 250 personnes de Val-d'Or ont aussi participé à la création. C'est un symbole qui est important pour toutes les cultures, au niveau autochtone, l'orignal c'est un symbole fort. On sait aussi que la chasse à l'orignal c'est quelque chose qui a marqué Val-d'Or avec son festival de l'orignal il y a plusieurs années, souligne Geneviève Béland, animatrice culturelle à la Ville de Val-d'Or.

Une oeuvre en forme d'orignal constituée de panneaux de bois peints selon la tradition autochtone.

L'oeuvre éphémère des quatre artistes.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

On trouvait que c'est un beau symbole rassembleur puis l'orignal c'est un animal fort, il est haut. Il occupe maintenant une belle place dans le parc, c'est une oeuvre qui est éphémère, on sait que ça ne durera pas éternellement, mais ce qui était important surtout, c'est le processus, ajoute-t-elle.

Le parc, situé en plein centre-ville de Val-d'Or, est fréquenté par une clientèle vulnérable.

La Ville de Val-d'Or a lancé cet été une consultation auprès de la population pour améliorer les lieux. Une firme d'architectes devrait proposer un plan à la ville prochainement.

Les personnes qui fréquentent le parc, on ne veut pas du tout qu'elles se sentent chassées. On veut qu'elles se sentent intégrées dans le projet et on veut que la population de Val-d'Or sente aussi qu'elle a sa place dans ce parc-là, précise Geneviève Béland.

Une femme est appuyée sur son oeuvre qui prend la forme d'un orignal.

L'artiste Claudette Happyjack pose avec l'oeuvre éphémère à laquelle elle a contribué.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

L'idée de l'activité qui a eu lieu cet été, c'est une première de probablement plusieurs autres. Alors on invitait la population à différentes occasions à venir peindre sur l'oeuvre pour créer un sentiment d'appartenance. C'est une équipe d'artistes qui a travaillé là-dessus, qui l'a coordonné, affirme-t-elle.

- Avec la collaboration de Mélanie Picard

Abitibi–Témiscamingue

Société