•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les infirmières demandent à la province de prendre leur sécurité plus au sérieux

Une manifestante à une marche contre la violence dont sont victimes les infirmières et les femmes.

L'une des participantes à la marche qui porte un écriteau où on peut lire : « Plus jamais silencieuses. »

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Jessica Savoie

Selon des documents obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information, un nombre inquiétant de gardes de sécurité travaillent dans les hôpitaux sans avoir terminé adéquatement leur formation.

Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick (SIINB) demande au gouvernement Higgs de se pencher sur la question de la sécurité du personnel hospitalier. Selon le SIINB, la sécurité des travailleurs qu'elle représente est en crise.

Le SIINB dénonce un nombre inquiétant d'agents de sécurité embauchés dans les hôpitaux sans avoir suivi ou terminé leur formation. Ces faits proviennent de documents qu'ils ont analysés suite à une demande d'accès à l'information.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

L'information que nous avons reçue décrit une situation dangereuse et inacceptable pour les patients et les employés des centres de soins de santé, selon Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick.

Mme Doucet indique dans un communiqué de presse que le 1er mai dernier, il y avait plus de 48 postes de gardes de sécurité non comblés au dans la province, ce qui constitue un roulement de 82 %.

Les mêmes documents ont rapporté que près du deux tiers des agents embauchés dans les hôpitaux trouvent qu'ils n'ont pas les ressources nécessaires pour accomplir adéquatement leurs fonctions.

C'est alarmant, estime Paula Doucet.

Ce qui est encore plus surprenant, c'est que nos employeurs étaient au courant de ces manques de mesures et pourtant, rien n'a été fait.

Paula Doucet, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau‑Brunswick
Entrée de l'Hôpital de Moncton

Le Réseau de santé Horizon.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hugues

Les réseaux de santé Horizon et Vitalité ont exprimé leur inquiétude concernant les mesures de sécurité en août 2018.

Ces informations qui ont été découvertes mettent fondamentalement nos membres à risque et l'association voit cette question comme une violation de nos conventions collectives, une crise en milieu de travail pour les instituts de soins de santé du Nouveau-Brunswick et de la sécurité des patients, affirme Mme Doucet.

Le 1er avril dernier, de nouvelles régulations spécifiques à la violence et au harcèlement au travail ont été ajoutées à la Loi sur la santé et la sécurité au travail. Cette dernière tient l'employeur responsable de la déclaration de tels problèmes chez ses employés.

Deux infirmières victimes de violence

L'appel à l'aide du SIINB fait suite à deux agressions envers des infirmières qui se sont déroulées au Centre hospitalier universitaire George-L.-Dumont, à Moncton, en mars dernier.

Natasha Poirier, l'une des deux infirmières agressées physiquement, souffre toujours de symptômes physiques reliés à ces événements. Elle n'a pas encore été capable de reprendre le travail depuis. les faits

Natasha Poirier chez elle, en entrevue.

L'infirmière Natasha Poirier a été attaqué par le conjoint d'une patiente le 11 mars dernier au CHU Dumont à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Cette attaque aurait duré près de 15 minutes avant qu'une autre infirmière tente d'arrêter l'homme de frapper sa collègue. La deuxième infirmière dit avoir été blessée en essayant d'aider Natasha Poirier à se défaire des griffes de l'agresseur.

Le présumé agresseur, Randolph Van Horlick, a plaidé non coupable aux accusations qui pèsent sur lui. Le début de son procès est prévu pour le 3 février 2020.

Près de 1625 incidents de violence au travail dans des hôpitaux du Nouveau-Brunswick ont été signalés en 2018-2019, selon une étude du Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick.

Avec des renseignements de CBC

Nouveau-Brunswick

Établissement de santé