•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Fredette : un enfant raconte s'être enfui pour ne pas voir la victime mourir

Ugo Fredette dans un restaurant.

Ugo Fredette est accusé des meurtres prémédités de son ex-conjointe Véronique Barbe et d’Yvon Lacasse, un homme de 71 ans rencontré dans une halte routière de Lachute lors de sa cavale.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le témoignage d’un enfant de 11 ans a été présenté mardi matin au procès d’Ugo Fredette, qui doit répondre de deux meurtres prémédités, dont celui de son ex-conjointe. Le garçon a dit avoir entendu des cris alors qu'il se trouvait dans la maison au moment du drame.

L’enfant qui était appelé à la barre, au palais de justice de Saint-Jérôme, se trouvait sur les lieux du crime en compagnie d’un autre enfant lors du meurtre de Véronique Barbe, 41 ans, survenu le 14 septembre 2017 dans sa résidence de Saint-Eustache.

Plutôt que de lui demander de raconter devant la cour ce qu’il avait vécu, les procureurs de la Couronne ont opté pour la présentation d’une vidéo réalisée par les enquêteurs dans les heures qui ont suivi la mort de Véronique Barbe.

Le jeune garçon y raconte aux policiers qu’il jouait dans le sous-sol de la maison lorsqu’il a entendu Véronique Barbe crier à l’étage supérieur. Alerté par les cris, il est monté à l’étage, où il a aperçu la femme qui lui a demandé d’appeler la police.

Fredette, qui se trouvait également sur les lieux, lui aurait alors ordonné de quitter la maison, ce qu’il n’a pas fait.

Selon le témoignage de l’enfant, Véronique Barbe est ensuite sortie sur le balcon à l'arrière de la résidence et a appelé à l’aide au moins deux fois avant qu’Ugo Fredette ne la ramène de force à l’intérieur de la maison en la serrant par la taille.

Le garçon raconte que Mme Barbe s’est ensuite retrouvée couchée par terre, dans le salon, qu’elle respirait fort, mais qu’elle semblait dormir.

Disant avoir eu peur que Véronique Barbe ne meure, l’enfant a paniqué et a fui la maison en courant, dit-il, toujours dans l'enregistrement présenté en cour.

Quand elle était couchée par terre, je m’en allais tout de suite parce que mon cœur, il battait vraiment vite. Parce que je ne voulais pas voir qu’elle mourait.

Extrait de la déclaration de l’enfant faite aux policiers

Le dernier souvenir qu'il garde de la scène est celui de Fredette penché au-dessus de l’évier de la cuisine.

L'autre enfant présent au moment des faits est demeuré dans la maison.

Après la présentation de la vidéo, le jeune témoin a été convoqué à la barre par l’avocat de la défense pour y être contre-interrogé.

Des excuses

Des messages textes échangés entre le téléphone de l’accusé et celui de la victime ont aussi été présentés en cour mardi.

On y apprend que, la veille du drame, Ugo Fredette avait écrit à Véronique Barbe pour l’implorer de lui donner une autre chance. Il lui a présenté des excuses, lui a dit qu’il voulait revenir habiter avec elle et qu'il avait commencé à consulter une ressource spécialisée pour hommes violents.

La correspondance révèle également que Véronique Barbe était demeurée intraitable à son égard, refusant ses demandes et l’invitant à refaire sa vie. Elle a ajouté qu’elle avait peur de lui et l'a prié d’arrêter de la contacter.

La Couronne prévoit faire entendre 25 témoins au cours des deux prochains mois dans le cadre de ce procès, dont le thérapeute du couple, qui l'avait rencontré la veille de la tragédie.

Lundi, la voisine du couple a raconté avoir entendu un cri de mort provenant de la cour arrière de l'accusé et l’avoir ensuite vu traîner le corps inerte de Véronique Barbe à l'intérieur du domicile.

Selon la Couronne, Ugo Fredette a assassiné son ex-conjointe dans la maison le 14 septembre 2017 parce qu’il n’acceptait pas leur rupture. L’homme aurait ensuite pris la fuite en voiture avec l’enfant qui se trouvait toujours dans la maison après le meurtre.

Au cours de sa fuite, il aurait ensuite tué Yvon Lacasse, un automobiliste de 71 ans, pour lui voler sa voiture dans une halte routière de Lachute. Le suspect avait été arrêté le lendemain dans la ville de Dacre, en Ontario.

La poursuite juge que les deux meurtres dont est accusé Ugo Fredette étaient prémédités.

Avec les informations de Karine Bastien et de Geneviève Garon

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Procès et poursuites