•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une équipe de lutte à la radicalisation en Estrie

David Morin, professeur à l'Université de Sherbrooke, devant un micro.

Le professeur à l'Université de Sherbrooke, David Morin, était en entrevue au micro de Renée Dumais-Beaudoin à Par ici l'info

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une équipe de prévention contre la radicalisation se met en place à Sherbrooke. L'équipe polarisation de Montréal aide à développer des groupes du même genre en région.

Des discussions sont en cours avec le CIUSSS de l'Estrie-CHUS pour qu'il appuie directement le projet.

L'équipe de Sherbrooke sera pilotée par la professeure à l'Université de Sherbrooke et psychologue Maryse Benoit.

D'après le codirecteur de l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent et professeur à l'Université de Sherbrooke, David Morin, la radicalisation existe bel et bien en région.

À Sherbrooke, nous avons eu un certain nombre de cas dans les dernières années. On se rappellera de ces quelques jeunes qui ont fréquenté l'Université et qui se sont rendus dans les zones syro-Irakiennes. On se rappelle de quelques cas reliés à l'extrême droite à Québec aussi. Par exemple, on a quelques signalements en lien avec l'extrême droite. Bien sûr que oui, en région, on a eu de la radicalisation qui mène à la violence.

Le codirecteur de l'Observatoire sur la radicalisation et l'extrémisme violent et professeur à l'université de Sherbrooke, David Morin

Des signalements importants

Le professeur estime que la vigilance des proches joue un rôle clé dans la prévention.

Cette personne s'isole un peu, cette personne tient des propos plus radicaux, etc. Cela n'en fait pas nécessairement une personne qui va devenir violente, mais ça doit quand même au moins préoccuper les gens. Si ce n'est pas de la violence qui est derrière ça, mais un mal-être; peut-être de la dépression, etc. C'est aussi bien de le signaler. Les équipes, une fois qu'elles sont informées, elles vont faire une évaluation du risque et puis elles choisissent les services qui sont les mieux placés pour prendre en charge cette personne, précise David Morin en entrevue à Par ici l'info.

Québec, Laval, Gatineau et Montréal ont également leur équipe de prévention contre la radicalisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique