•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quoi faire avec le Colisée Pepsi ?

Le devant du Colisée Pepsi avec un stationnement vide.

Le Colisée Pepsi à Québec vit ses derniers jours. Le maire a autorisé sa destruction.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Hadi Hassin

Au moment où s’entame la planification des grands travaux qui mèneront à la disparition du Colisée Pepsi, l’idée de sa démolition ne fait toujours pas l'unanimité. Quoi faire de l'ancien temple du hockey ? Des experts s'avancent.

L'ancien directeur général de la Ville de Québec Serge Viau concède que le Colisée a perdu sa vocation première depuis l’ouverture du Centre Vidéotron en 2015. Il croit néanmoins que la ville de Québec aurait avantage à conserver la structure en raison de ses particularités et de son emplacement.

C’est un gaspillage que de démolir une structure qui est en encore bon état, qui est saine, qui est solide, qui couvre un espace extraordinaire et qui a une grande hauteur, a déclaré l’architecte et urbaniste au micro de Claude Bernatchez.

Selon lui, il aurait été préférable de laisser l’immeuble vacant en attendant de lui trouver une nouvelle vocation.

Dans les villes, les choses se développent un peu lentement. Souvent, il arrive une idée, un usage qu’on n’avait jamais prévu et qui pourrait réoccuper l’espace.

Serge Viau

M. Viau prend l'exemple du Grand Marché de Québec, dont la structure était autrefois celle du Palais du commerce.

(L’ancien) Palais du commerce à ExpoCité a été vacant pendant plusieurs années. Jamais on n’a eu l’idée de démolir ce bâtiment. Aujourd’hui, il est réutilisé à une autre fin.

Serge Viau

De son côté, l’architecte et designer urbain Erick Rivard n'est pas indifférent à la disparition du Colisée.

C’est un bâtiment qui est tout de même lié à tout un mouvement de modernité à Québec, s'exprime l'expert. C’est une construction qui a été assez exemplaire […] Le Colisée est un bâtiment repère dans la ville pour plusieurs Québécois.

Erick Rivard, chargé de cours à la Faculté d’aménagement, d’architecture, d’art et de design de l’Université Laval s’interroge particulièrement sur ce qu’il adviendra du terrain, craignant qu’il soit asphalté pour en faire un espace de stationnement.

Le Grand Marché de Québec a ouvert ses portes le 14 juin dernier.

Le Grand Marché de Québec a ouvert ses portes le 14 juin dernier.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Un quartier résidentiel ?

Serge Viau croit que la nouvelle vocation du terrain, situé au cœur d’ExpoCité, devra être complémentaire aux installations environnantes. Il serait mal avisé d’y prolonger le quartier urbain, défend-il, étant donné les infrastructures déjà présentes dans les alentours.

Erik Rivard ne partage pas entièrement le même point de vue. L’ingrédient manquant dans la recette, ce sont incontestablement des habitants.

On devrait plutôt voir l’opportunité de transformer complètement ce secteur-là pour l’urbaniser et en faire des vrais milieux de vie.

Erik Rivard

Le quartier pourrait accueillir un terrain de sports, un parc ou un jardin, s’avance-t-il.

Mais, plus encore, il faut à tout prix éviter de privilégier un lieu qui n'a qu'une seule vocation.

Ce n’est plus maintenant la façon de faire nos villes. Des [sites] super spécialisés avec une seule fonction comme était Expocité, ce n’est pas intéressant d’un point de vue urbain. On tente plutôt de tendre vers la mixité puis de mélanger les fonctions.

Erik Rivard

Preuve que le processus de démolition du Colisée est bel et bien lancé, le lettrage Colisée Pepsi a été retiré en fin de semaine. Certaines de ses pièces, telles que des sièges et le tableau indicateur, seront démantelées et possiblement vendues. Un appel d’offres devra également être lancé prochainement.

La façade du Colisée Pepsi.

Le Colisée Pepsi à Québec vit ses derniers jours. Le maire de Québec a autorisé sa destruction.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Québec

Société