•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maison Éthier : « C'est nous qui payons pour leurs problèmes »

Façade d'un magasin.

Maison Éthier détient deux magasins en Montérégie.

Photo : Radio-Canada

Esther Normand

Des clientes de Maison Éthier, qui exploite toujours ses magasins de meubles alors qu'elle est à l'abri de ses créanciers, ont failli perdre leurs achats, a appris La facture. En juillet, l'entreprise annonçait la fermeture de ses deux commerces de la Montérégie.

Le 11 novembre dernier, Julie Dubé se laisse gagner par l’enthousiasme lors d’une grande vente à Maison Éthier. Elle fait un paiement complet avec sa carte de débit pour une console et trois tabourets : 646,46 $. Elle doit les recevoir dans six à huit semaines. Mais les Fêtes passent et toujours rien. Appels téléphoniques, visite au vendeur : rien n’y fait.

Tu lèves le ton, tu dis : "Écoute, je les ai payés en entier, je peux-tu les avoir?" Fait que là, c'étaient d'autres raisons. [...] À un moment donné, j'ai regardé mon vendeur, puis j'ai dit : "Bon, c'est quoi la menterie aujourd'hui que vous allez me conter, là"? raconte Julie Dubé.

Julie Dubé au téléphone.

Julie Dubé a passé du temps au téléphone pour joindre Maison Éthier.

Photo : Radio-Canada

Après des mois de démarches infructueuses, Julie Dubé exige d’être remboursée, mais on lui dit que ce n’est pas possible. Elle se sent prise en otage et s’interroge : C'est quoi mes recours?

Diane Gagnon vit la même frustration. Le 1er février dernier, elle fait un versement par carte de débit pour l'achat d'une laveuse et d'une sécheuse au montant de 646 $. Livraison prévue dans quatre à cinq semaines. Une fois l’échéance dépassée, elle aussi se bat pour qu’on lui livre ses électroménagers.

Je me suis rendue [...] au magasin, parce que c'était inutile de faire des appels téléphoniques : t'as aucun retour d'appel.

Diane Gagnon

Une responsable lui assure qu’elle recevra ses électroménagers dans les 10 jours au plus tard. Une promesse qui ne sera pas tenue.

Des clients sacrifiés

De son côté, Julie Dubé reçoit une lettre en avril, soit six mois après son achat. Une gifle. Maison Éthier lui écrit : Nous avons dû prendre la difficile décision de ne pas honorer les commandes de mobilier et d’électroménagers conclues avant le 15 novembre 2018. Nous ne pourrons également rembourser les [versements] associés à ces commandes.

La colère. J'en ai pas dormi de la nuit. [...] C'est quelque chose qui venait me chercher personnellement à l'intérieur. Ça me rongeait.

Julie Dubé

Julie Dubé l’ignorait, mais en novembre 2018, Maison Éthier s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). À court de liquidités, l’entreprise tente ainsi d’éviter la faillite avec l’aide du contrôleur KPMG.

L’avocat Louis-Charles Sirois enseigne le droit de la faillite à l’Université d'Ottawa. Il explique que Maison Éthier demande la permission de la cour d'avoir du temps pour arrêter les poursuites, s'il y en a, et pouvoir se réorganiser. [...] On appelle ça la suspension des recours.

Louis-Charles Sirois en veston.

L'avocat Louis-Charles Sirois de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa est expert en droit de la faillite.

Photo : Radio-Canada

Maison Éthier est sous respirateur artificiel depuis cinq mois quand l'entreprise décide de sacrifier une partie de ses clients. Elle ne remboursera pas les versements perçus sur les contrats conclus avant le 15 novembre 2018, qui s’élèvent à environ 974 000 $.

Aux yeux de Julie Dubé, cela n’a aucun bon sens. C'est nous autres qui payons pour leurs problèmes.

Me Sirois précise que, juridiquement, les clients ayant fait un versement avant la mi-novembre font partie du groupe des créanciers ordinaires qui n'ont pas d'hypothèque. Donc [ils] n'ont pas un grand recours, dit-il. Mais la façon dont Maison Éthier et KMPG gèrent cette restructuration le laisse perplexe.

À mon avis, c'est une erreur de stratégie commerciale. Normalement, on fait tout pour protéger nos clients actuels, présents et futurs. [...] Dans cette histoire-là, il y a la réponse juridique et la réponse commerciale. Le gros bon sens commercial est à l'effet qu'on ne traite jamais mal ses clients.

Louis-Charles Sirois, de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa

En juillet, Maison Éthier a annoncé la fermeture de ses commerces, mais pour l’instant, les magasins sont toujours ouverts.

Obligations en vertu de la loi

Julie Dubé est choquée que l’entreprise continue de mousser ses ventes. Cela la laisse sans voix. Est-ce qu'ils vont avoir leurs meubles? s’interroge-t-elle. En fait, la loi oblige Maison Éthier à honorer tous ses contrats conclus après le 15 novembre 2018.

Louis-Charles Sirois mentionne que la suspension des recours, ce n'est pas une immunité. On doit respecter les contrats.

Diane Gagnon assise.

Diane Gagnon n'a pas obtenu ses biens achetés dans les délais promis.

Photo : Radio-Canada

Pourtant, en juin dernier, Diane Gagnon, qui a acheté ses nouvelles laveuse et sécheuse après que l’entreprise s'est placée sous la protection de la LACC, les attend toujours. Cela fait plus de quatre mois qu’elle a fait un versement.

Lors d’une de ses visites au magasin, une responsable lui avoue que l’argent comptant donné par les nouveaux clients sert à payer les créanciers. Lorsqu'ils auraient une certaine liquidité, ils étaient pour commander les articles qu'on avait achetés, s’est-elle fait dire.

Louis-Charles Sirois affirme que si les gens vendent sachant qu'ils ne vont pas livrer, c'est [...] ahurissant. On appelle ça des fausses représentations dignes d'annulation immédiate du contrat.

À cette époque, Diane Gagnon n’est pas la seule à attendre ses articles. Dans un rapport du contrôleur déposé en Cour supérieure, KPMG déclare que Gestion Maison Éthier (GME) n’a pas la capacité financière pour acheter tout l’inventaire lui permettant de compléter l’ensemble de ses ventes non livrées (« VNL ») s’élevant à environ 7,3 millions de dollars au 30 mars 2019

Diane Gagnon envoie une mise en demeure à Maison Éthier qui reste sans réponse. Puis elle dépose une demande aux petites créances. Mais KPMG la somme de tout arrêter en invoquant la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. On la prive de ses droits de consommatrice, déplore-t-elle.

Des meubles en liquidation dans un magasin.

Les succursales de Maison Éthier sont situées à Saint-Basile-le-Grand et à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Photo : Facebook / Maison Éthier

Elle s’insurge en pensant qu’elle aurait pu éviter toutes ces démarches si on l’avait informée, lors de la transaction, que l'entreprise était en difficulté financière.

La bonne foi oblige, et ça, c'est jurisprudentiel que tout soit sur la table. On ne doit rien cacher. [...] Acheteur et vendeur doivent tout dévoiler, sinon on risque de tomber dans l'autre camp : fausse représentation.

Louis-Charles Sirois, de la Faculté de droit de l'Université d’Ottawa

De nombreuses plaintes

L’Office de la protection du consommateur (OPC) a reçu 244 plaintes contre Maison Éthier au cours des deux dernières années. Le porte-parole de l’OPC, Charles Tanguay, reconnaît que c’est une situation frustrante, mais il ajoute qu'il faut éviter de verser des sommes importantes avant qu'on reçoive [son] bien.

Charles Tanguay affirme également que le consommateur a avantage à payer par carte de crédit.

Non pas que les cartes de crédit ont l'obligation de rembourser, mais elles le font généralement justement par souci de bons services à leurs clients.

Charles Tanguay, porte-parole, de l'OPC

Maison Éthier et KPMG ont refusé d’accorder une entrevue à La facture. Mais l’un des propriétaires de l’entreprise, Sylvain Bonneau, a expliqué que les coûts faramineux de la restructuration n’ont pas aidé cette dernière à se remettre à flot.

On est un peu dégoûtés de ça, parce que c’est beaucoup, beaucoup d’argent qui s’échange entre les professionnels. [...] Que ça coûte autant de frais que ça, j’en reviens pas.

Sylvain Bonneau, copropriétaire (vice-président) de Maison Éthier

Sylvain Bonneau mise sur la venue d’un grand joueur, Tiger, pour l’aider à faire une liquidation ordonnée. Il a bon espoir de tenir ses promesses auprès de tous les clients qui ont conclu des contrats après le 15 novembre 2018 et de faire renaître l’entreprise sous une forme plus modeste. On est des éternels optimistes; on essaie vraiment, assure-t-il.

D’après KPMG, les ventes non livrées ont baissé considérablement au cours des derniers mois. Elles se chiffrent désormais à environ 4,1 millions de dollars, ce qui inclut celles pour des meubles qui ne seront jamais livrés, car elles ont été conclues avant la mi-novembre.

Une main tourne la page d'un dépliant.

Un dépliant promotionnel de Maison Éthier.

Photo : Radio-Canada

De bonnes nouvelles

Même si elle a effectué ses achats le 11 novembre, Julie Dubé a finalement vu son histoire prendre un dénouement heureux. L’entreprise nous a confié avoir fait une erreur dans son cas. Comme elle avait payé entièrement Maison Éthier, elle a pu choisir des meubles de la même valeur que ceux qu'elle avait achetés à l’automne.

Au terme d’une bataille qui a duré près de sept mois, Diane Gagnon, elle, a reçu ses électroménagers, comme le lui garantissait la loi.

Malgré tout, cette saga leur laisse un goût amer. Elles ont constaté qu’elles avaient bien peu de poids devant une entreprise qui se met sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Le reportage de la journaliste Esther Normand et de la réalisatrice Stéphanie Allaire est diffusé à l'émission La facture du mardi 10 septembre à 19 h 30.

Consommation

Économie