•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société économique de l'Ontario congédie le cadre René C. Viau

Photo d'un homme en complet gris.

René C. Viau a été congédié par la Société économique de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Natasha MacDonald-Dupuis

Une agence de développement économique francophone en Ontario, subventionnée par le fédéral, met à la porte l'un de ses dirigeants à la suite d'une enquête de Radio-Canada.

« Cette décision intervient suite aux activités révélées par l’enquête qui a été diffusée par Radio‐Canada en date du 9 et 10 septembre 2019 », indique la Société économique de l'Ontario (SEO) dans une déclaration écrite.

Radio-Canada a découvert que René C. Viau, embauché par la SEO en avril dernier, avait été reconnu coupable par le passé d'entrave à la justice et d'avoir agi comme prête-nom par un tribunal administratif au Québec.

Radio-Canada a aussi découvert que l'entreprise privée de René C. Viau a un site web plagié et des « clients » qui nient faire affaire avec lui. M. Viau, qui nie ces allégations, a été embauché pour ses qualités d'entrepreneurs, confirme la SEO.

M. Viau était directeur régional Centre-Sud-Ouest de la SEO, dont le budget annuel est de 3,4 millions de dollars.

Il touchait un salaire annuel de 90 000 $ à 98 000 $.

J’ai expliqué à M. Viau que le lien de confiance qui a abouti à son embauche est définitivement rompu et qu’il est de mon devoir de veiller à ce que les lois qui régissent les normes d’éthique soient respectées au sein de l’organisation.

Luc Morin, directeur général de la SEO

La SEO a admis à Radio-Canada qu'elle n'avait pas contacté les ex-employeurs de René C. Viau ni vérifié ses antécédents judiciaires avant son embauche.

L'organisation affirme avoir lancé un « exercice de révision de ses procédures de recrutement ». Cette erreur de recrutement ne doit plus jamais se produire! indique la SEO dans un communiqué.

Trois personnes

René C. Viau, à droite, en compagnie notamment de la ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Caroline Mulroney

Photo : Facebook

Implication dans la communauté

M. Viau est bien connu et très impliqué dans le milieu franco-torontois.

Jusqu'à la publication de l'enquête de Radio-Canada, il siègait aux conseils d’administration du Centre francophone de Toronto et du Collège Boréal. Ces deux organismes indiquent qu'il a remis sa démission.

Le Collège Boréal est engagé dans le processus d’amélioration continue de ses pratiques, ce qu’il poursuivra à la lumière des éléments présentés dans l’enquête de Radio-Canada.

Déclaration officielle du Collège Boréal.

Jean-Luc Bernard, le président du C.A. du Centre francophone, où M. Viau était vice-président, a indiqué que l'organisme cherchera à rendre plus robuste le processus de sélection des membres de son conseil d'administration.

Le Centre francophone est malheureux de voir ce déroulement-là. M. Viau a toujours été professionnel et engagé dans son dévouement pour représenter le Centre francophone.

Jean-Luc Bernard, président du C.A. du Centre francophone de Toronto

René C. Viau était aussi le président de Francophonie en fête, un festival de musique francophone à Toronto.

Par courriel, le directeur général de Francophonie en fête, Jacques Charette a confirmé qu'il avait remis sa décision mardi.

«  Il n'avait aucun rôle dans la signature de chèques. Et sa réputation dans la francophonie torontoise est exemplaire. C'est une grosse perte pour notre communauté  » a écrit Jacques Charette par courriel.

René C. Viau a aussi siégé au comité consultatif francophone de la Ville et au conseil d'administration du Club canadien de Toronto. Il s'est aussi présenté à la mairie de Toronto en 2014.

Toronto

Politique fédérale