•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entreprise Sural officiellement rachetée

Pancarte de Sural avec de l'herbe devant et des fleurs.

L'entreprise Sural, à Bécancour, s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies en février.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une bonne nouvelle vient d’être confirmée au palais de justice de Montréal : l’entreprise Sural, à Bécancour, qui s’était placée sous la protection de Loi sur les arrangements avec les créanciers, est officiellement rachetée.

Les hauts dirigeants de l’entreprise brésilienne Alubar sont maintenant propriétaires des installations du Centre-du-Québec.

Les activités relevant d’Alubar devraient commencer en mars 2020. L’acquéreur indique qu’un « nombre significatif » d’emplois sera maintenu. L’usine de Bécancour aura une capacité de production de 100 000 tonnes par année de tiges et d’alliages d’aluminium.

Le PDG d’Alubar Mauricio Gouvea a indiqué que l’acquisition de l’usine de Sural à Bécancour était la suite logique des visées d’expansion en Amérique du Nord de son entreprise.

Quelques dirigeants s’étaient rendus à Bécancour plus tôt cet été pour visiter l’usine spécialisée dans la fabrication de câbles d’aluminium.

Le groupe Alubar, une des plus importantes entreprises manufacturières d’aluminium en Amérique du Sud, pourrait vouloir percer le marché de l'Amérique du Nord.

Sural employait à Bécancour plus d’une soixantaine de travailleurs, qui ont été mis à pied en février dernier. Des problèmes de gestion de la famille vénézuélienne propriétaire des installations de Bécancour et Victoriaville pourraient expliquer sa faillite.

Avec les informations de Maude Montembeault

Mauricie et Centre du Québec

Affaires