•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SQ et la PPO unissent leurs efforts contre le crime organisé

Une voiture de la Sûreté du Québec

La Sûreté du Québec et la Police provinciale de l'Ontario comptent développer davantage leurs échanges de renseignements.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Dans le cadre d’une entente conclue il y a quelques semaines, la Sûreté du Québec (SQ) et la Police provinciale de l’Ontario (PPO) ont entrepris d’améliorer leurs échanges d’informations et de partager des effectifs pour mieux lutter contre les groupes criminels actifs sur leurs territoires.

Bien qu’il existe déjà des ententes de coopération entre la SQ et la PPO, les deux corps policiers ont l’intention de pousser plus loin encore leurs efforts pour mieux surveiller et, ultimement, contrer les activités des organisations qui opèrent aujourd’hui autant en Ontario qu’au Québec.

« L’objectif, à ce stade-ci de l’entente, c’est d’augmenter la fluidité de l’échange de renseignements en matière de lutte [contre le] crime organisé. Le renseignement, c’est vraiment le nerf de la guerre », explique l’enquêteur-chef de la SQ, Guy Lapointe.

On veut, à terme, être capable de développer des projets d’enquête communs, un peu comme on le fait dans le cadre des unités régionales mixtes des corps de police municipaux.

Guy Lapointe, inspecteur-chef à la Sûreté du Québec
Un policier de la PPO pilote un drone.

Un agent de la Police provinciale de l'Ontario pilote un drone de surveillance.

Photo : Police provinciale de l'Ontario

Outre des renseignements, la PPO et la SQ prévoient échanger des techniques d’enquête ainsi que les résultats d’écoute électronique et de filatures. Les deux corps policiers partageront aussi du personnel afin de resserrer davantage leur future coopération.

« Comme première démarche, il y a un membre de chaque organisation qui est prêté à l’autre organisation », explique Guy Lapointe.

À terme, des enquêteurs ontariens seront affectés à la Sûreté du Québec, et des enquêteurs de la SQ feront de même en Ontario, de façon à créer l’équivalent d’une unité mixte avec l’Ontario.

Ce genre de collaboration sera particulièrement utile, explique la police, pour lutter contre de puissants groupes criminels dont les ramifications s’étendent dans les deux provinces, comme les Hells Angels, la mafia ou encore contre les gangs de rue.

Prévention et sécurité

Justice et faits divers