•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Classe moyenne : le Québec, plus égalitaire que le reste du pays?

Une famille dans un salon.

Selon les données de l'étude, une famille avec deux enfants doit posséder un revenu allant de 80 000 à 160 000 $ pour faire partie de la classe moyenne.

Photo : Getty Images / kate_sept2004

Radio-Canada

Les membres de la classe moyenne se portent mieux au Québec que dans le reste du pays, selon une nouvelle étude de l'Observatoire québécois des inégalités. Cette situation serait entre autres due aux impôts et aux transferts gouvernementaux.

L'étude en question, intitulée La classe moyenne québécoise : en meilleure santé que celle du reste du Canada, souligne que ce groupe représente 43 % de la population du Québec lorsqu'on parle de revenus bruts, soit la même proportion que dans l'ensemble du pays.

Lorsqu'il est plutôt question des revenus nets – soit après le paiement des impôts et la réception des divers transferts étatiques –, c'est plutôt 61 % de la population d'ici qui rejoint ce groupe convoité par tous les partis politiques, contre 57 % pour l'ensemble du Canada, selon les données de 2017.

La classe moyenne est ici définie selon l'angle économique, soit par un revenu brut oscillant entre 29 600 et 79 000 $ pour une personne seule, ou de 80 000 à 160 000 $ pour un couple avec deux enfants.

Un groupe s'appuyant sur l'égalité?

Selon les chercheurs, la relation entre la redistribution et la taille de la classe moyenne a été prouvée dans d'autres travaux réalisés en France, au Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CRÉDOC).

Cette étude de l'Hexagone stipule que les classes moyennes seraient plus nombreuses « dans les pays où les prestations sociales et les prélèvements obligatoires sont élevés [puisque] les mécanismes redistributifs tendent à renforcer l'importance des classes moyennes en limitant les situations de grande pauvreté et en réduisant les écarts de revenus entre les ménages aisés et les catégories plus modestes ».

En ce sens, le Québec serait plus égalitaire que les États-Unis – où la classe moyenne représente 51 % de la population –, mais moins que la France, où ce groupe englobe plutôt 68 % des citoyens.

« Lorsque l'on se compare, le Québec est à peu près dans la moyenne de l'OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques], mais en Amérique du Nord, il s'en tire mieux que le Canada sans le Québec [...], ou que les États-Unis », a mentionné Nicolas Zorn, l'un des deux auteurs de l'étude et le directeur de l'Observatoire, de passage sur les ondes de Tout un matin, à ICI Première.

N'existe-t-il qu'une définition économique pour évoquer la classe moyenne? Selon M. Zorn, certains aspects de la vie courante sont étroitement associés à l'appartenance à la classe moyenne : « C'est considéré comme normal d'avoir un toit au-dessus de la tête; c'est considéré comme normal d'avoir accès à Internet et de posséder un [téléphone] cellulaire... Si vous n'avez pas cela, vous êtes exclu de la classe moyenne, en quelque sorte. »

Économie