•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de passagers à la traverse Rivière-du-Loup–Saint-Siméon cet été

Le traversier Trans Saint-Laurent  photographié de côté.

Le traversier Trans Saint-Laurent assure la liaison entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon 10 mois par année.

Photo : Radio-Canada

Miriane Demers-Lemay

Plus de 100 000 passagers ont utilisé la traverse entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon depuis le début du mois d'avril. Il s'agit d'une hausse de 8 % comparativement à la même période l'an dernier.

L'achalandage sur le NM Trans Saint-Laurent pourrait ainsi atteindre de nouveaux sommets cette saison, l'année 2018 étant déjà considérée comme une année record.

On voyait des gens sur le quai cet été qui disaient : "d’habitude, je prends la traverse de Matane ou de Rimouski, mais à cause des problèmes, je suis à Saint-Siméon", observe le porte-parole du service de traversier, Marc Larouche.

La belle saison a de nouveau été marquée par des ruptures de services des traversiers dans l’Est-du-Québec. Le CNM Évolution a interrompu ses services entre Rimouski et Forestville six semaines plus tôt que prévu en raison d’un bris mécanique. Plusieurs traversées du Félix-Antoine-Savard entre Matane–Baie-Comeau–Godbout ont également été annulées jusqu’à la reprise du service par le Saaremaa, le 10 juillet.

C’est difficile à quantifier à savoir s’il y a eu une hausse de l’achalandage en raison des problèmes des autres traversiers dans l’Est-du-Québec. C’est évident que ça a eu un impact, mais dans quelle mesure? C’est impossible à quantifier., croit toutefois Marc Larouche. Selon ce dernier, l’achalandage ne cesse d’augmenter depuis quatre ans, ce qui pourrait également être en lien avec les efforts réalisés par la compagnie pour attirer la clientèle.

Marc Larouche ajoute que la capacité du traversier est déjà au maximum pendant les mois de juillet et août. Si ça se reproduit en saison estivale, ce ne sera pas nécessairement bon, ni pour nous ni pour les gens, parce que le bateau est déjà plein, dit-il.

L'an dernier, plus de 143 000 personnes ont voyagé sur le NM Trans Saint-Laurent pour l'ensemble de la saison, qui se termine le 2 janvier.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Société