•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libéraux : Patricia Lattanzio remplace Hassan Guillet dans Saint-Léonard–Saint-Michel

Patricia Lattanzio et le premier ministre Justin Trudeau en août 2018.

Patricia Lattanzio tentera de se faire élire sous la bannière libérale dans la circonscription montréalaise de Saint-Léonard–Saint-Michel.

Photo : Twitter

Radio-Canada

Le Parti libéral du Canada est finalement revenu à la tradition d’une candidature issue de la communauté italienne dans la circonscription montréalaise de Saint-Léonard–Saint-Michel, après avoir écarté l’ex-imam Hassan Guillet pour des propos controversés sur les réseaux sociaux.

La conseillère municipale Patricia Lattanzio défendra les couleurs du parti lors du scrutin du 21 octobre prochain. Elle avait terminé derrière Hassan Guillet lors de l’investiture tenue en mai dernier.

L’annonce de sa candidature s’est faite discrètement, dimanche, sur Twitter. Puis, sa photo a été ajoutée lundi sur le site Internet des candidats libéraux.

Sa nomination survient au terme d’une semaine houleuse, où l’ex-candidat Hassan Guillet a fait une sortie dénonçant son exclusion, affirmant que les libéraux étaient au courant des publications Facebook déterrées par l'organisation juive B'nai Brith Canada.

Tu n'approches pas un candidat vedette parce qu'il est considéré comme un candidat vedette, sans au moins regarder sa page Facebook, avait-il déclaré lors d’un point de presse.

L'ex-candidat avait aussi rappelé que ces publications étaient publiques et que les libéraux savaient ou auraient dû savoir qu'elles existaient lorsque sa candidature a été soumise à l'examen du parti en 2017.

Hassan Guillet avait demandé à être réintégré comme candidat, ce à quoi le Parti libéral n’a pas consenti, puisque ses propos insensés et antisémites ne sont pas en accord avec les valeurs du Parti libéral du Canada.

Candidature imposée

Appelé à réagir lundi, Hassan Guillet s'est désolé que le Parti libéral lui ait fait perdre son temps. Il prétend que Patricia Lattanzio a été imposée dans Saint-Léonard–Saint-Michel après son éjection.

Je n'ai pas d'objection à ce qu'un parti impose un candidat. Mais au moins, qu'ils le disent, qu'ils soient transparents, a-t-il déploré.

Au conseil municipal, Patricia Lattanzio représente le district de Saint-Léonard-Est pour Ensemble Montréal depuis 2015. L’avocate de formation est aussi commissaire scolaire du district de Saint-Léonard, à la Commission scolaire English-Montréal, depuis 2014.

Dans Saint-Léonard–Saint-Michel, Patricia Lattanzio affrontera le candidat conservateur italo-québécois Ilario Maiolo, un avocat bien connu.

Le Parti vert et le Parti populaire du Canada misent aussi sur des candidatures issues de la communauté italienne, ayant respectivement choisi Alessandra Szilagyi et Tina Di Serio. Les néo-démocrates ont pour leur part choisi Paulina Ayala, qui avait représenté le parti pendant quatre ans dans Honoré-Mercier, avant d'être défaite en 2015 par le libéral Pablo Rodriguez. Le Bloc québécois n'a pas encore annoncé l'identité de son candidat.

Considérée comme un bastion libéral, la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel a été remportée facilement en 2015 par Nicola Di Iorio, du PLC, avec 64,7 % des voix. Il avait largement devancé Rosannie Filato du Nouveau Parti démocratique (devenue depuis conseillère municipale), qui avait obtenu 14,8 % des votes, et Jean-Philippe Fournier, du Parti conservateur du Canada, avec 11,1 %.

La fin du mandat de M. Di Iorio a été marquée par ses absences prolongées de la Chambre des communes jusqu'à sa démission, le 29 janvier dernier, au-delà de la date limite à laquelle une élection partielle pouvait être déclenchée. La circonscription est donc sans député depuis cette date.

Notre dossier Élections Canada 2019
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique