•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La droiture d’Antigone, de Sophie Deraspe

Portrait d'une jeune femme issue d'une capture d'écran d'un film.

Le rôle d’Antigone est tenu par Nahéma Ricci, une actrice qui a également été remarquée pour sa participation au programme Rising Star («Étoile montante») du TIFF.

Photo : Avec la permission de TIFF

Radio-Canada

Dans Antigone, la réalisatrice Sophie Deraspe adapte de façon contemporaine la tragédie grecque de Sophocle. Une entrevue de Claudia Hébert.

Antigone est une adolescente québécoise, qui a quitté l’Algérie enfant, après le meurtre de ses parents.

Vivant à Montréal avec sa grand-mère, sa soeur et ses deux frères, elle est une première de classe, une jeune fille comme une autre, à l’âge des premières amours. Mais un jour, son frère aîné, Étéocle, est abattu gratuitement par un policier trop nerveux – et le cadet, Polynice, est arrêté et menacé d'expulsion du territoire. Antigone décide alors de tout risquer pour l’aider à s’évader. 

Dans la tragédie grecque de Sophocle, c’est pour offrir une sépulture à son frère qu’Antigone se bat. Le texte classique, la réalisatrice et directrice de la photographie Sophie Deraspe l’a lu dans sa jeune vingtaine, bien avant de savoir qu’elle voulait faire du cinéma.

Ça m'a foudroyée nous dit la cinéaste. Un personnage féminin aussi fort, intègre, intelligent… Ce personnage de deux millénaires me parlait tellement à mon époque, qu’il fallait que je retouche à ce matériel-là. 

La réalisatrice Sophie Deraspe en entrevue avec Radio-Canada Ontario.

Sophie Deraspe présente son film « Antigone » au Festival international du film de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Ce qui sera, des années plus tard, l’étincelle de cette adaptation contemporaine, est un fait divers montréalais, une affaire très médiatisée, l’histoire des frères Fredy et Dany Villanueva. C’est après avoir entendu une entrevue avec la soeur des Villanueva que Sophie Deraspe repense au combat de l’héroïne du théâtre classique. Elle prend donc ce point de départ et invente sa version d’Antigone, imagine cette jeune femme en quête de justice pour sa famille, et pour le frère qui lui reste.

Pour trouver ses acteurs, Deraspe a fait un « casting sauvage », cherchant de non-professionnels pour incarner les différents rôles. 

Quelque 850 candidats répondront à son appel à tous, lui permettant ainsi de former cette famille algérienne, ainsi que les jeunes qui rejoindront dans la rue et sur Internet le mouvement de révolte que suscite l’incarcération d’Antigone – des groupes d’adolescents qui tiennent en quelque sorte dans le scénario la place du choeur, comme on en trouve dans les pièces du théâtre grec antique. 

Dans le rôle-titre, Nahéma Ricci, une jeune actrice qui s’impose comme un talent à surveiller –ayant d’ailleurs été remarquée par le programme Rising Star du TIFF, nommée une des quatre étoiles montantes du festival. Son interprétation est courageuse et incandescente, pour un rôle d’une grande droiture. 

Antigone c’est une jeune femme devant l’autorité, devant quelque chose d’immense, d’inébranlable, raconte la cinéaste. L'autorité dans le film s'exprime par la police, le système judiciaire le système carcéral, la figure patriarcale. Et elle, qui est toute petite, qui n'a ni argent, ni armée, ni titre, elle n’a rien qu’on considère comme étant le pouvoir.

Elle, elle a sa force intérieure, son intégrité et elle arrive à rester droite et à maintenir ses valeurs devant ce mur, cette immensité devant elle.

Sophie Deraspe, réalisatrice

Les questions d’immigration sont à l’avant-plan de la prochaine campagne électorale; des histoires d'expulsion du territoire nous viennent maintenant régulièrement des États-Unis… Alors comment ce film de Sophie Deraspe, sur une famille de nouveaux arrivants qui n'ont pas la citoyenneté canadienne, prend-il position dans le climat politique actuel?

Moi mon moteur, c’était un moteur d’empathie et non politique. J’ai écrit avec le coeur , nous répond la réalisatrice. 

« Antigone » de Sophie Deraspe est présenté en première mondiale au 44e Festival international du film de Toronto.

Cinéma

Arts