•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dorian cause des pertes majeures pour des agriculteurs et des pêcheurs de mollusques

L'agriculteur de maïs montre les dégâts dans son champ.

Patrick Dunphy est découragé. Les pertes pourraient lui coûter jusqu'à 400 000 $.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour des agriculteurs de l’Atlantique, le passage de l’ouragan Dorian s’est révélé catastrophique. C’est le cas notamment du cultivateur de maïs Patrick Dunphy, de l’Île-du-Prince-Édouard, qui risque d’avoir une petite récolte cette année.

Le champ de maïs de Patrick Dunphy n’a pas résisté aux rafales de vent. Les feuilles des maïs étaient bien épaisses et le champ était dense, dit-il encore sous le choc de ce qu’il en reste.

Les vents apportés par Dorian ont soufflé à plus de 90 kilomètres à l’heure. C’est pire que ce à quoi il s’attendait. C’était une crainte, mais les fermiers sont toujours optimistes, lance-t-il, découragé de voir que c’est plutôt le pire scénario qui s’est produit.

Je dirais que le deux tiers de nos plants sont par terre. S’ils sont tous irrécupérables, j’estime les pertes à 400 000 $.

C’est que, étendus au sol, ses maïs ne peuvent avoir autant de lumière du soleil que prévu. Ils n’atteindront donc jamais leur pleine maturité.

Le lendemain de tempête est moins décourageant chez le propriétaire de Fleur du Pommier, au Nouveau-Brunswick. Kenneth Carrier s'inquiète pour la qualité de ses pommes, mais seulement deux de ses pommiers ont été déracinés. Pour le moment impossible de chiffrer les possibles pertes.

Fermeture de la pêche aux mollusques

Une grande partie des zones de cueillette de mollusques sur les côtes de l'est du Nouveau-Brunswick, du nord de la Nouvelle-Écosse et de l'Île-du-Prince-Édouard ont été fermées par Pêches et Océans Canada lundi après-midi en raison des fortes précipitations qui ont accompagné l'ouragan Dorian durant la fin de semaine. Ces fermetures sont en vigueur pour une période minimale de sept jours et s'ajoutent aux fermetures déjà en place.

  • Au Nouveau-Brunswick : toutes les eaux à l’intérieur de 3 km de la côte incluant toutes les îles du nord-est et de l’est de la province du Nouveau-Brunswick à partir d’un point près de Maisonnette jusqu’à la frontière de la Nouvelle-Écosse.
  • En Nouvelle-Écosse : toutes les eaux à l’intérieur de 3 km de la côte incluant toutes les îles du détroit de Northumberland dans des portions des comtés de Cumberland, Colchester et Pictou, Nouvelle-Écosse, à partir de Lewis Head près de l’embouchure de la rivière Philip jusqu’à Cape John.
  • À l'Île-du-Prince-Édouard : toutes les eaux à l’intérieur de 3 km de la côte incluant toutes les îles dans le comté de Prince dans la province de l’Île-du-Prince-Édouard.

Avec les informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Incidents et catastrophes naturelles